Rubrique
Régions

Tizi-Ouzou Une saison estivale sous le signe de fêtes locales

Publié par S. A. M.
le 09.08.2018 , 11h00
128 lectures

Chaque saison estivale, durant cette dernière décade, la wilaya de Tizi-Ouzou vit au rythme de fêtes locales qui mobilisent l’ensemble des communautés villageoises concernées, suscitant un intérêt populaire indéniable ; elles bénéficient même du soutien des pouvoirs publics et des élus qui se font un point d’honneur à prendre part à la ferveur populaire suscitée autour de ces événements.
Une ambiance constatée successivement, durant la dernière quinzaine du mois de juillet, à Aït Khir, Maâtkas et Ath Yenni qui ont célébré, respectivement, les fêtes de la poterie et du bijou. Du 9 au 13 août, ça sera autour du village Aït Hichem, dans la daïra de Aïn El Hammam, d’organiser la fête du tapis. Au-delà de son caractère festif, l’événement offrira l’occasion de réfléchir sur la portée socioéconomique de ce segment de l'artisanat et du savoir-faire local. L’accompagnement des tisseuses, par la mise en place d’un circuit de commercialisation du produit, la disponibilité de la matière première et à des prix attractifs, la protection et la promotion du tapis par la création d’un label, la vulgarisation du tissage par la formation et la réflexion autour des arts du tissage, figurent parmi les revendications que les professionnelles et les organisateurs de ce rendez-vous estiment nécessaires pour pérenniser ce patrimoine et ce métier qui a toujours constitué une source de revenus pour beaucoup de familles.de la région.
Lundi dernier, le même élan festif a été constaté, à l’occasion, du lancement de la fête de la forge à Ihatossène, un village de la commune de Bouzeguène qui doit son nom à ses fondateurs célèbres pour l’exercice du métier de la forge et de la maréchalerie. A travers le temps, les forgerons d’Ihatossène ont essaimé à travers une vingtaine de wilayas du pays, pour exercer leur savoir-faire, qui, malheureusement aujourd’hui est en voie d’extinction.
Lors de son intervention à l'ouverture de cet événement, le président de l'APW de Tizi-Ouzou a souligné «l'urgence de prendre en charge et de protéger ce métier ancestral du déclin, un métier qui reflète l'attachement de l'homme à sa terre et qui, au delà de la dimension symbolique qu'il peut avoir, cet événement revêt un aspect économique qui n'est pas des moindres.»
S. A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-10-2018

ACCUSÉS DE «CORRUPTION ET D’ENRICHISSEMENT ILLICITE»
Cinq généraux-majors en prison

Coup de tonnerre, hier dimanche, avec l’annonce de la mise sous mandat de dépôt de six officiers supérieurs de l’armée, cinq généraux-majors et un colonel, tous

2

Périscoop 11:00 | 15-10-2018

Ce n’est pas encore fini pour la France

Si la France risque de perdre le marché algérien des céréales, par contre elle maintient une certaine «influence» encore. En effet, c’est une entreprise française, en l’occurrence