Rubrique
Retraite

Courrier des lecteurs

Publié par Djilali Hadjadj
le 11.06.2019 , 11h00
1126 lectures

Clôturons le débat sur la pension complémentaire de retraite et ouvrons plutôt celui de l’indemnité d’expérience professionnelle
Je crois que monsieur Bouharouf Mohamed n’arrive ou ne veut toujours pas comprendre que pour nous, travailleurs de la Sonatrach en activité ou à la retraite, notre dossier de la pension complémentaire de retraite a été liquidé avant ou après janvier 2015 et qu’on n’a rien à voir avec les nouvelles lois des mutuelles de janvier 2015. 
Parce que tout simplement, en 1998, nous avons adhéré à la Mutuelle de l’industrie du pétrole pour une pension complémentaire de retraite à 20% et la mutuelle a honoré cet accord jusqu’en janvier 2015 où le taux de 20% a été dévalorisé à 12,5% ; donc, avec la bénédiction de Sidhoum Saïd et compagnie, on a touché à un acquis qu’on veut bien sûr récupérer.
Karim Betka, retraité 
Drik/Sh, Skikda

Au sujet de la prise en charge de la période d’activité dans le calcul de la retraite
Bonjour. Ma période de travail déclarée par mes employeurs est scindée en trois (3) parties : 
- de début juin 1972 au 6 août 1981 ; 
- du 2 janvier 1991 à fin 1997 ; 
- du 8 janvier 2008 au 31 décembre 2012.
Pour être bref, l'année 1991, rejetée par la CNR (absence de DAS, déclaration annuelle des salaires dans leurs archives et malgré la présence de documents de paiement des allocations familiales au niveau de la Cnas pour l'année en question), a été acceptée par la commission de recours suite à la présentation d'un certificat de mon employeur de l'époque. Mon problème réside dans la date d’effet de la révision pour l'année en question qui, pour la CNR, ne prend effet qu'à partir de la date de réunion de la commission de recours et donc, sans aucun rappel, alors que cette période de travail n'est postérieure ni à la date de jouissance de ma pension (1er janvier 2013) ni à la date de dépôt de mon dossier (12 août 2014). Je voudrais savoir s'il existe une disposition légale et réglementaire pour ce cas de figure. Merci.
Asnouni Abdelkader

Réponse :
Décidément, cette «CNR» est… incorrigible ! Elle commet une erreur dans le calcul de la pension de retraite de ce lecteur, «oubliant» — volontairement —, une année d’activité, c’est-à-dire l’équivalent de 2,5% du montant du salaire du retraité concerné. 
L’erreur est corrigée à juste titre par la commission de recours saisie par M. Asnouni, mais la CNR, comme pour le punir, n’intègre la correction qu’à partir de l’année de la décision de la commission de recours, alors qu’il eut fallu revoir le montant de la pension à partir de l’année du départ à la retraite, et donc verser  à M. Asnouni le rappel en conséquent. S’il vous plaît, cher lecteur, dites-nous de quelle agence CNR il s’agit et, surtout, donnez-nous des précisions sur votre état civil, vos numéros de Sécurité sociale et de pension.
Djilali Hadjadj

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 18-02-2020

Plusieurs cantines scolaires fermées à Alger

Au moment où on parle de leur amélioration dans les régions enclavées, les conditions de scolarité se dégradent à Alger. En effet, plusieurs cantines scolaires ont fermé ces derniers jours dans plusieurs écoles

2

Actualités 11:00 | 17-02-2020

Exécution du plan du gouvernement
L’ultimatum de Tebboune aux walis

Les walis et chefs de daïra disposent d’un délai d’une année pour rendre des comptes au président de la République. Ils sont tenus de mettre à exécution le programme du gouvernement mais surtout de mettre un terme aux inégalités régionales jugées inacceptables par le président de la République. Dans trois mois