Voir Tous
Rubrique
Retraite

Libre débat «L'Exécutif est à ses débuts, facilitons-lui les conditions de travail»

Publié par LSR
le 28.07.2020 , 11h00
1654 lectures

Je salue très fraternellement d'abord  toute l'équipe chargée de la rubrique «Le Soir retraite». Je suis un retraité, lecteur assidu du  Soir d'Algérie et contributeur de cette fantastique fenêtre réservée aux retraités, je ne milite dans aucun parti, j'adore mon pays car j'y suis né et mes racines sont là, sous et sur cette terre.

Cette fois-ci, je ne sollicite pas une place pour réclamer une doléance quelconque, mais pour lancer des appels en direction des retraités, des Algériens épris de leur pays et prêts à donner leur vie pour lui, des gens qui nagent en eau trouble, de l'État et des chaînes privées de télévision.
1)- Les statistiques démontrent que la majorité des décès dus à la Covid-19 concernent les plus de 60 ans, donc la plupart sont des retraités et moi avec, pour beaucoup porteurs de maladies chroniques cause de leur faible immunité. Je leur demande de ne pas s'exposer aux multiples risques de contamination, de rester chez eux, de respecter les consignes de sécurité préventive pour préserver ce qui nous reste de valide en nous pour nos derniers jours. Ne suivons pas ceux qui donnent plus d'importance au sachet de lait, sac de farine, de semoule ou à la patate qu'au virus corona, ils montrent qu'ils ont plus peur de la faim que de l'épidémie, en faisant des chaînes monstres qui nous rappellent les années (40/42) de la famine. Dieu n'abandonnera jamais Ses créatures, alors prions-Le.
2)- Les citoyens conscients et épris de leur pays, surtout la jeunesse, s'organisent,  se mobilisent et participent à toutes les actions entreprises (aide et assistance aux familles dans le besoin, désinfection, nettoyage, fabrication d'objets utiles), se solidarisent avec les malades, et ce, en  bravant tous les risques, sans omettre les personnels de la santé — des professeurs jusqu'aux agents de soutien —, ils sont en astreinte et dorment à même le sol, ils sont au djihad sans savoir s'ils en sortiront indemnes ou s’ils le paieront de leur vie. C'est eux qui sont au front pour notre bien-être, que Dieu les protège, garde et bénisse inchallah.
3)- A ceux qui ne trouvent rien à faire qu'à dénigrer tout ce qui se fait pour porter atteinte à la réputation de l'Algérie et du peuple par la désinformation préconçue et la rumeur noire circulant de bouche à oreille ou par réseaux sous forme de propagande, afin de tromper les honnêtes citoyens, dont font partie vos sources naïves et crédules de nature. Dans quel but ? Si vous n'êtes pas en mesure de vous mettre dans le rang des premiers pour faire mieux et mesurer la grandeur de la stabilité, taisez-vous, vous polluez l'oxygène que respirent ceux qui se battent pour sauver les vies !
Ces gens empoisonnent le climat et l'opinion publique avec leurs mensonges et, par conséquent, leurs méfaits dévastateurs. La rumeur, même rose, naît en l'absence des informations officielles.

«Des personnes véreuses veulent s'enrichir sur le dos des simples citoyens»
4)- Au ministère de la Santé, je dirais qu'une bonne partie de la population est terrorisée par la propagation du virus, surtout à Blida. Je suggère — pour limiter ou réduire cette peur — d'examiner la possibilité de communiquer les chiffres relatifs aux décès en rapport avec le virus, nouveaux porteurs de virus confirmés par wilaya, pour le suivi des modifications de situations en (+) ou en (-), (amélioration ou aggravation). Il en est de même pour les personnes guéries : sont-elles ou non déduites du total général donné ? Par ailleurs, ne faut-il pas penser à la séparation entre les soupçonnés-porteurs et ceux soupçonnés-éventuels pour la période d'observation, ce qui pourrait éviter ou du moins limiter que les uns ne contaminent les autres puisqu'ils sont regroupés dans le même espace. Aussi, que les personnes dont le décès est causé par le virus soient enterrées par les services de la santé ou des APC. par précaution, aucun problème, cependant, les décès par mort naturelle due à des maladies chroniques graves, les familles pourraient s'occuper de l'enterrement des leurs et faire leur  deuil dans le strict respect des consignes et règles de sécurité en vigueur dans ce cadre. Concernant l'intérieur du pays, l’aide doit d'abord être destinée aux familles dans le besoin (démunies) et habitant des endroits enclavés. Il est à mon avis très tôt de généraliser cette assistance. Pour éviter que l'usage nous démontre, une fois de plus, que le but de cette action a été dévié et qu'on s'aperçoive plus tard que les bénéficiaires servis n'étaient pas tous dans le besoin.
5)- Surtout les chaînes de télévision privées, y compris celle considérée comme première, je leur  dirai que les citoyens choisissent la ou les chaîne(s) en fonction de la variété de leurs programmes, des horaires de diffusion,. On n'impose pas la majeure partie du temps  une publicité mensongère, déloyale et  à outrance, des émissions et même les JT coupés par elle ou encore imposer des images glanées ou grappillées çà et là montrant des citoyens gonflés contre l'administration. En effet, ces gens vivent dans des conditions difficiles et souvent déplorables, ils se plaignent d'une façon agressive et impliquent même les enfants. Ces scènes filmées dans les coins les plus reculés du territoire, non pas parce qu'ils vous font de la peine, mais surtout pour attirer le plus d'écoute et élargir davantage le fossé entre ces administrés, qui vous adorent, et l'administration qui les gère, en vous prenant pour leur défenseur. En réalité, ils finiront par s'apercevoir que vous ne les avez pas aidés et vont vous critiquer aussi.
Les chaînes immenses pour la semoule, farine, lait, patates, que vous avez montrées n'honorent personne, pas même vous. Tant mieux pour ceux qui nous regardent, amis ou pas, je leur dirais que c'est du cinéma. Peut-on croire que tous ces gens manquent tant que ça ? Vous n'avez qu'à voir les sacs bourrés de pain rassis qui embellissent les trottoirs chaque matin. Si crise il y a, elle est préméditée par des personnes véreuses qui veulent s'enrichir sur le dos des simples citoyens au risque de leur fournir des produits impropres à la consommation : rien que pour ça, je remercierai l'État pour sa lutte contre ces microbes. Le malheur, c'est que des citoyens les aident dans leurs combines au détriment de leur bien-être. Je finirai ce thème   avec l'émission de «Chikh Noui», avec un accoutrement digne des meilleures scènes de théâtre, muni de bindir et de massette pour élever ou abaisser les responsables d'après ses évaluations et notations.
En effet, qu'il montre des faits réels inacceptables et/ou inadmissibles, qu'il attire l'attention des walis, des membres du gouvernement c'est bien. Malheureusement, il porte des jugements de valeur et se permet même d'insulter les responsables à l'écran, en prenant à témoin le peuple, alors qu'il n'a ni la compétence ni le droit de le faire. L'essentiel est de laisser les gens se frotter les mains en disant «ils le méritent», alors qu'il appartient à l'État de prendre les mesures adéquates à chaque cas.

«Face à la Covid-19, l'indiscipline peut nous mener vers l'irréparable»
Le président de la République, élu démocratiquement à la majorité des suffrages exprimés, personne ayant fait ses preuves dans l'administration, il a également eu des problèmes avec l'ancien système. Il a choisi un jeune  Premier ministre possédant un CV assez lourd, nommé un staff (Exécutif) composé de jeunes ministres (hommes et femmes) parmi lesquels des docteurs, donc, il a tenu ses promesses. Ces ministres, installés depuis un peu plus de 100 jours, ils n'ont même pas chauffé leurs sièges, que la période d'adaptation dans leurs nouvelles fonctions est perturbée par la pandémie. Le président et les ministres de la Santé, du Commerce, de l'Intérieur, de l'Agriculture, etc., répètent et ne cessent de donner des assurances quant à la disponibilité des produits alimentaires, médicaments, etc., et ne cessent aussi d'appeler au respect des règles de confinement : l'indiscipline peut nous mener vers l'irréparable. Je suis sûr que cette indiscipline n'existait pas lors de la décennie noire, les gens se sont imposés le confinement et aujourd'hui, on sous-estime la dangerosité du virus corona, alors que les exemples sont diffusés  par toutes les chaînes de télévision. L'Exécutif est à ses débuts, facilitons-lui les conditions de travail, répondons à leurs appels, l'essentiel est que notre pays se libère de la pandémie qui a causé de grands dégâts même chez les superpuissances.
En réalité, le résultat du travail ne sera visible que dans quelque temps. S’il vous plaît, laissons-les travailler et attirons leur attention sur les choses qui peuvent nous faire du tort. Je ne défends personne, et ma contribution n'a d'égal que l'amour que je porte à mon pays et est dénuée de toute autre intention. Que Dieu bénisse l'ensemble et guide leurs pas et actions vers la paix, la sérénité et le bien-être,  que vive l'Algérie. Allah yarham Echouhada !
M. Ammari Ali, retraité, El Affroun (Blida)

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir