Société / Société

CONSOMMATION

Guelma s’entiche des fast-foods

Les fast-foods prolifèrent à Guelma. Et les petits restos pour « casse-croute » sont maintenant rejoints par les grandes enseignes, Le Jasmin, Délice, Big Mac… l’offre de restauration rapide élaborée actuellement à Guelma, est très large, « on nous propose la meilleure qualité et plus de créativité», se réjouissent les riverains gourmets. C’est donc l’évolution des modes de consommation dans le secteur de la restauration, dans cette ancienne cité.
Après avoir conquis les lycéens, et les étudiants, ces fast-foods sont partis à la conquête des familles de toutes les couches sociales, et s’enfoncent partout. Par exemple, Le Jasmin, une structure d’environ 50 places s’intéresse essentiellement aux lycéennes et lycéens de Ben Mahmoud, Chaalal Messaoud et même aux collégiens du CEM Mohamed Abdou.
Ce nouveau resto compte une dizaine d’employés, tous jeunes universitaires. L’offre est suffisante, en termes de produits «phares», on cite les «tacos», les «mexicains» les «grecques»les «Merguez pain-maison»… « Nous allons à présent nous tourner vers la distribution à domicile », explique le gérant. Mais l’engouement pour la restauration rapide à Guelma n’a pas attendu l’arrivée de ces grandes enseignes.
Au boulevard Souidani Boudjemâa du centre-ville, les magasins «frère-Kahia» remplissent les estomacs des riverains depuis des années déjà. « Au début, nous faisions principalement des pizzas, des soufflés, la Mahdjouba… Mais maintenant, nous avons décidé d’élargir notre carte en proposant des sandwichs Chaouarma, viande hachée… Nous étions alors les premiers à proposer ces recettes », explique Mouloud un associé. Et d’ajouter « la matinée, la pizza et les Caldis au fromage et aux anchois ça marche, mais j’ai constaté ces dernières années que l’on me demandait des sandwichs. Maintenant, je trouve mon compte en servant en milieu d’après-midi des hamburgers vite faits et bien faits et qui ont du goût ». Comme au quartier « Route de Belkheir », qui compte cinq restaurants rapides (viande et grillades).
Ces commerces se sont multipliés à Guelma, et bien d’autres encore ont vu fleurir ce type de commerces ces dernières années. Et pour attirer sa clientèle, l’odeur alléchante du méchoui ne suffit pas toujours. « Il faut parfois faire preuve d’improvisation, et renouveler en permanence dans les recettes proposées afin d'éviter l'effet de mode » estiment les adeptes de ce créneau. « Notre clientèle devient de plus en plus familiale. Mais certains, qui veulent manger à la maison, prennent à emporter. Mais le méchoui est succulent sur place, juste après sa cuisson, ce qu’on explique à chaque fois aux clients », déclare le patron d’une « Chouwaya » de la route de Belkheir. « A Guelma, c’est très compliqué de trouver des terrasses le soir, surtout en cette période de canicule », expliquent les habitués de ces restos, en reconnaissant tout de même qu’ils sont accueillis à bras ouverts.
Globalement, les repas rapides hors domicile prennent le pas sur la restauration traditionnelle « service à table », qui a subi une perte considérable selon les spécialistes, contrairement à la restauration rapide qui « se porte aujourd’hui à merveille », révèle la même source.
Noureddine Guergour