Rubrique
Société

Mostaganem Le jardin de l’ancienne gare routière abandonné à son triste sort

Publié par Abder Bensadok
le 18.09.2019 , 11h00
136 lectures

Réaliser un jardin public à coups de centaines de millions de centimes pour l’abandonner à son triste sort relève du gaspillage dont les initiateurs n’auraient, certainement, pas très bien évalué les conséquences.
Le jardin public, tout près de l’ancienne gare routière et de la cité des 400 logements sur la route d’Oran, est devenu, par la force des choses, un endroit où les alcooliques se donnent rendez-vous, offrant une mauvaise image de la ville. Il règne aussi dans ce parc une atmosphère propice aux couples par des petits endroits à l’abri des regards, où bécotent les amoureux «qui se foutent pas mal du regard oblique des passants». 
Le comble est le non-respect des contrats qui prévoient plusieurs types de commerces tels des cafétérias ou autres salons de thé, mais presque tous cédés par leurs propriétaires à des succursales bancaires.
Par ailleurs, les infrastructures publiques (lampadaires, bitume et autres bordures, sont dans un état pitoyable. Encore pire cette pelouse qui rappelle un champ de betteraves. Les citoyens sont las de cette image hideuse de ce jardin qui altère leur ville.
Parmi les détritus, on retrouve particulièrement des bouteilles en plastique des packs de jus et des bouteilles et canettes de boissons alcoolisées qui jonchent le sol.
Voilà une situation néfaste que déplorent les citoyens. Pourtant, il y a à peine un an, un profond toilettage a été fait mais, hélas, tout est redevenu comme avant.
Il est vrai aussi que les efforts de l’APC à elle seule ne peuvent suffire sans l’implication des citoyens appelés à un peu plus de civisme.
A. Bensadok

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires