Rubrique
Société

Guelma Les chiens errants sèment la terreur

Publié par Noureddine Guergour
le 09.09.2019 , 11h00
207 lectures

Enfants, jeunes filles, personnes âgées… agressés par des chiens. Il y en a aussi qui n’arrivent pas à dormir à cause de leurs aboiements. Les riverains sont excédés. 
À Guelma et ses environs, des attaques de chiens errants ont créé un climat délétère. Des fidèles allant prier tôt le matin peuvent aussi en faire les frais. La mise en garde est quotidienne. «On ne va pas continuer de vivre et de travailler avec la crainte d’être victime d’une attaque», lâche un septuagénaire, fidèle de la mosquée de la cité Bara-Lakhdar, un quartier périphérique de Guelma. Mais certaines victimes ne cachent pas pour autant une volonté de se faire justice soi-même. «La plupart du temps, une vaccination antirabique préventive dans une structure de santé publique suffit à calmer les esprits», résume un praticien spécialiste. «Ces derniers temps, ce tracas prend des proportions alarmantes et devient un tourment infernal», ajoute-t-il en lançant un appel aux édiles pour prendre des mesures visant à «pourchasser ces canidés». 
Au-delà des préjudices financiers liés à la vaccination, les victimes sont aussi touchées moralement. Une dame qui habite le quartier populaire de «Aïn Defla, ex-Fougerole» vit une angoisse permanente depuis qu’elle s’est engagée dans une entreprise publique comme femme de ménage. Elle nous a affirmé que lorsqu’elle sort tôt le matin de chez elle, une meute de chiens errants sillonne tout le quartier, c’est la panique.
Jusque-là, ces bêtes qui deviennent une menace lorsqu’elles sont en errance, s’en sont bien tirées. Mais Il faut dire aussi que pour prendre en charge ce phénomène, la tâche est compliquée. «Ce programme nécessite une étroite collaboration et coordination avec les secteurs concernés. Et il faut qu’il soit mené par des brigades spécialisées, dotées de moyens adaptés», nous déclare un ancien du bureau communal d’hygiène de la ville de Guelma.  
Selon ce technicien expérimenté, ces opérations doivent être réalisées en simultané afin d’empêcher la fuite des chiens vers d’autres communes. A cela s’ajoute le phénomène d’engouement des jeunes pour les chiens dangereux.
Certains exhibent notamment des pitbulls, des dobermans… comme des moyens de menace et qui semblent en tirer une provocation, allant jusqu’à l’arrogance.
 Voilà une situation à ne surtout pas négliger ! Un état des lieux très préoccupant qui engage les responsabilités de chaque partie.
 Il faut agir avant de vivre d'autres drames causés par ces chiens errants, mais surtout à cause des canidés dangereux qui se promènent librement sans muselière dans la rue, tuant des victimes et en défigurant beaucoup d'autres.
Noureddine Guergour

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 11-09-2019

Après Djemaï et Tliba, Ammar Saâdani !

Après Djemaï et Tliba, ce serait au tour du grand «parrain», Ammar Saâdani en l’occurrence, d’être dans le viseur de la justice. Des sources crédibles affirment, en effet, que l’ancien président de l’APN et ex-

2

Actualités 11:00 | 11-09-2019

LE POUVOIR DISPOSÉ À CÉDER SUR CE POINT
Fin de mission pour le gouvernement Bedoui ?

Le pouvoir mène, depuis quelques jours, une véritable offensive, aux plans politique, législatif et institutionnel pour réussir son pari, qu’il sait du reste extrêmement difficile, de tenir l’élection présidentielle avant la fin de l’année. Et face à la gravité de la situation, c’est l’institution militaire qui prend

3

Périscoop 11:00 | 11-09-2019

Quelle mission pour Tebboune ?

4
5

Soit dit en passant 11:00 | 14-09-2019

Chut ! l’APN est en mission