Rubrique
Société

PLAGES ET PISCINES Les hommes out !

Publié par Sarah Raymouche
le 04.08.2019 , 11h00
1465 lectures

Nager sans craindre un regard accusateur, sans risque de prise de photos indélicates, ou bien s’organiser entre filles sans chaperons, sans risquer les remontrances du tuteur ! Depuis quelques années, déjà, plusieurs femmes de tous âges s’organisent de la sorte pour passer de bons moments et profiter de l’été en toute quiétude.
«Quand j’étais petite, je me rappelle très bien que ma mère passait des heures, si ce n’est des journées, entière à supplier mon père pour qu’il nous emmène à la plage. Nous, en tant qu’enfants, devions rester sages et être aux petits soins avec lui pour qu’il accepte enfin de nous y emmener. A chaque fois, il avait une excuse, trop fatigué, pas le temps ou pas les moyens financiers. Quand j’ai grandi, je me suis juré de ne plus me mettre dans cette situation. Dès que j’ai eu mon bac, j’ai fait des économies et j’ai loué un taxi pour que ma mère, mes deux sœurs et moi puissions partir à la plage. Avec des copines et leur maman, nous nous sommes rendues à une plage sans aucune tutelle. C’était la première fois et pas la dernière», nous raconte Souhila, jeune cadre. Elle poursuit : «A l’époque, il n’y avait pas de plages privées. Je me rappelle que nous avions peur d’être embêtées et nos mamans avaient des appréhensions mais ne le montraient pas. Eh bien, aucun homme ne s’est hasardé. Je ne sais pas si c’était le nombre ou bien c’était un bon jour pour nous. Nous nous sommes senties en sécurité. Et l’idée s’est répandue dans notre famille.»

Pas besoin d’un chaperon !
«Un jour, j’ai fait une crise de nerfs. Je ne travaille pas et pendant deux ans, durant les vacances, je ne suis partie nulle part. J’ai commencé à crier et à pleurer et à dire à mon mari que j’en avais marre de ne pas pouvoir passer une journée en bord de mer ou à la piscine sans chaperon. Il m’a regardée et m’a dit mais moi je ne t’ai pas dit non, vas-y si tu peux ! C’était pour moi comme un défi ou un challenge. Dès la soirée par Viber, j’ai contacté mes cousines, mes copines, et mes sœurs. En deux temps, trois mouvements, nous étions une vingtaine à être prêtes à sortir ensemble. Sans le dire à mon mari, nous avons cotisé pour le payement d’un mini-bus et nous avons choisi une plage publique. Deux jours après ma crise de nerfs, j’ai annoncé à mon mari que j’emmenais les enfants à la plage ! Il n’y croyait pas. Mais il m’a bien vue partir avec le sac et les serviettes. Et il n’a rien dit. Depuis, avec ce groupe, nous nous organisons, que ce soit pour la montagne ou la plage. Nous sommes détendues et passons un moment agréable sans être obligées de surveiller nos gestes !», raconte Ghania, la quarantaine passée.
Et cela se généralise de plus en plus. «Entre filles, nous partons les jours de semaine pour éviter le rush. Nous n’allons pas forcément à des plages privées parce que cela nous reviendrait trop cher. Nous n’avons pas besoin d’une gouvernante pour nous surveiller. Je me considère majeure et mûre pour savoir ce que je dois faire et j’assume mes responsabilités. Je ne vais pas aller vers des plages non autorisées mais celles surveillées et là où il y a les gendarmes. Franchement, je me sens en sécurité et je ne me sens pas harcelée», nous raconte une trentenaire rencontrée à la plage Les Canadiennes, à l’est d’Alger.
Pour les jeunes loueurs de tables et parasols, les femmes sont bien considérées. «Nous faisons de sorte à les aider pour les installer et nous sommes aux petits soins avec elles. En plus, il y a moins de problèmes avec elles», nous confie l’un d’entre eux.

Plages et piscines spécial femmes
Au-delà de l’organisation entre femmes pour être indépendantes, il y a celles qui veulent se sentir à l’aise sans regards vicieux.
Et de plus en plus d’offres sont proposées pour les femmes. «J’ai trouvé mon bonheur cette année. Car cela correspond au budget que je me suis fixé. L’année dernière, les piscines réservaient que quelques jours par semaine et étaient excessivement chères. Ce n’est pas le cas pour cette saison», nous confie Manel, maman de trois petites filles. Elle précise : «Je pars quand je veux au Centre international de la jeunesse de Sidi Fredj qui réserve les matinées jusqu’à 19 heures aux femmes. Pour ce qui est des tarifs, une table avec 6 chaises 2 000 dinars, table avec 4 chaises 1 500 dinars et une chaise longue
1 000 dinars.»
Son amie, Souhila, précise pour sa part : «Nous sommes allées l’année dernière dans une maison d’un particulier qui loue sa piscine pour 1 000 dinars la journée avec chaises longues. C’était intéressant mais il y a un manque de sécurité car c’est au noir. Je préfère les établissements agréés.»

Agences de voyages spécialisées
Depuis deux années, l’agence de voyages «Escape Travel and Events» organise des sorties et escapades spécialement pour femmes. «Nous avons remarqué une demande de plus en plus importante. Nous nous sommes décidés à organiser des voyages spécial filles», nous explique la gérante de cette agence, jointe par téléphone.
Pour cette année, il s’agit d’un pack piscine qui est proposé depuis la fin du mois de juin et ce, au niveau du complexe Adimi, dans la commune de Zemmouri.
«A chaque sortie, nous avons au minimum une trentaine de femmes inscrites. Et ce, à raison de trois jours par semaine. Nous leur proposons un bus confortable pour leur transport sécurisé et l’accès vers la piscine privée et une autre piscine pour enfants. Le tarif est à 1 800 dinars par adulte», nous explique la gérante de cette agence, qui compte encore diversifier son offre.
Elle précise : «Nous avons divers profils. Il y a des femmes voilées ou sans, celles qui portent le djilbab aussi. Il y a celles qui travaillent ou d’autres femmes au foyer. Et chacune a sa propre motivation. Comme celles dont le mari n’a pas de congé et préfère savoir que son épouse et ses enfants sont en sécurité. Ou bien ce papa qui laisse ses filles partir entre copines mais vers un lieu où il n’y a pas de risque de se faire embêter. C’est une offre qui répond à un besoin qui existe dans notre société.»
Des offres spécial femmes sont ainsi de plus en plus proposées. Sur les réseaux sociaux, des agences de voyages proposent même des voyages vers la Turquie avec des piscines 100% femmes !
Sarah Raymouche

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et