Rubrique
Société

Tipasa Tourisme et investissements côtiers

Publié par Houari Larbi
le 08.02.2020 , 11h00
482 lectures

Le rivage côtier, qui s’étend de Zéralda à Béni-Haoua dans les confins limitrophes de la daïra de Ténès, constitue l’un des sites les plus prestigieux et le plus féerique de la côte algérienne.
Le site pittoresque et sauvage de la contrée où se côtoient la mer et la montagne, le sable et la forêt, fait de cette région un site convoité par le tourisme populaire local.
C’est ainsi que le rush en été, qui démarre traditionnellement dès le mois de mai, est ponctué de visites périodiques lors des week-ends et constitue un signe précurseur de l’intérêt des estivants pour ce type de détente.
Ainsi, dès le mois de juin, on peut apercevoir, des processions de véhicules, et les touristes prennent d’assaut des plages encore vierges et inexploitées.
Mais cette situation ne permettait pas de rentabiliser les deux cents kilomètres de côtes spécifiques à cette contrée encore sauvage.
Qu’en est-il des infrastructures hôtelières existantes à même de générer des apports financiers ? 
Prenons la daïra de Fouka. Cette région s’impose aux autres daïras par sa richesse agricole, mais aussi par son tourisme côtier et surtout par sa célèbre plage Colonel-Abbès.
Plusieurs citoyens considèrent aujourd’hui que de belles perspectives s’offrent aux plages de Douaouda et de Fouka, que l’on peut considérer comme des communes en expansion tous azimuts.
Une zone d’expansion touristique (ZET) est, ainsi, opérationnelle où s’effectuent cahin-caha un développement des commerces, lieu de brassage de fortunes faramineuses, le développement de la PME-PMI, sont autant d’arguments à la hauteur de l’ambition de cette daïra, qui fait valoir ses atouts et ses immenses potentialités.
Plus loin à l’ouest d’Alger, il y a l’antique Cherchell, un vestige historique qui trône par la célébrité de son passé et la notoriété de son histoire millénaire ; où l’on retrouve un site balnéaire très visité. Ce dernier, classé comme zone d’expansion touristique (ZET), blotti dans un cocon de rochers escarpés, la merveilleuse plage de Oued-Bellah située dans la périphérie immédiate de la ville de Cherchell, mais qui vient d’être dédiée au projet d’une immense activité portuaire, qui se dénomme «Mégaport d’El-Hamdania», dont les hésitations pour son démarrage se heurtent à la décision politique du pays.
Lors des années 1970, cette zone de Oued-Bellah, sise à proximité du mégaprojet d’El-Hamdania, comprenait un immense projet où était érigé un camping caravaning, à l’origine sous l’égide de l’Onat, qui l’a rétrocédé à l’APC de Cherchell. Ce camping comprenait 80 tentes de 50 m2 chacune. Ce projet constituait un investissement entrepris ayant nécessité plusieurs milliards de centimes lorsque la parité en devise du dinar était au plus haut.
Ce site fut géré par le biais de locations ou de concessions annuelles, payées le plus souvent sans réelle contrepartie de sa valeur. 
La création de ZET et l’affectation à leur profit de plusieurs sites balnéaires ont permis à la wilaya de Tipasa de faire place nette au profit de potentiels investisseurs touristiques et de promouvoir ces sites à cette fin.
En dépit de ce salutaire investissement nécessaire au développement de la région, il faut reconnaître qu’un marasme dramatique continue à affecter le secteur du tourisme dans la wilaya de Tipasa.
L’évidence est criante. Deux importants sites, à vocation touristique, sont toujours dans l’attente de potentiels investisseurs. Il s’agit de la prestigieuse plage «Mer et Soleil» de Tizirine, qui faisait autrefois la fierté des Cherchellois. Aujourd’hui, elle se clochardise avec d’impressionnants gourbis en roseaux qui sont érigés en période estivale. L’autre site évacué est l’ancien champ de tir de «Pointe Rouge», qui vient de faire l’objet d’un avis d’appel d’offres nécessaire à sa mise en valeur. 
Vers les confins ouest de la région de Tipasa, les plages de Gouraya, notamment celle de «Sidi Braham el Khouass», le camp de toile de Oued-Sebt, le camp de vacances attribué à Sonatrach à l’est de Messelmoun et les plages de «Petit Vichy» et de «Veau-Marin», ne bénéficient plus de la même attention qui fait d’elles des lieux publics privilégiés. Au 
contraire, en période estivale, ces lieux restent livrés au tourisme populaire et à tous ses aléas en matière d’hygiène et de sécurité.
Si on revient au chef-lieu de la wilaya, on retrouve le complexe touristique de Tipasa, une infrastructure touristique et hôtelière qui s’étire sur 35 hectares éloignée du centre urbain d’environ 3 000 mètres, le long de la bande côtière littorale.
Construit dans les années 1970 par l’architecte français Pouillon, sur initiative de l’Office national algérien du tourisme, ce complexe a été destiné à l’origine à une clientèle européenne d’où son nom originel «Club européen touristique, C.E.T» et cette vocation internationale qu’impose son architecture, mais surtout son «Horse Club» et son fameux restaurant «Casbah», pouvant servir plus de 1 000 couverts sous un standing haut de gamme, associant dîner dansant et cabaret ultra chic.
Ainsi, cette wilaya côtiere reste dans une vaine attente de développement économique à l’instar du prodigieux «mégaprojet» de port commercial, dont le lancement des travaux était prévu le premier trimestre 2018 dans le cadre d’un partenariat algéro-chinois et sur la base de la règle 51/49. 
Ce projet commercial, dédié à la création de 800 000 emplois, a tué l’espoir des demandeurs d’emploi. Aujourd’hui, les riverains s’inquiètent en ne voyant rien venir. Ce futur mégaport algérien comptera 23 terminaux d’une capacité de traitement de près de 6,5 millions de containers par an, avec 25,7 millions de tonnes annuellement de marchandises et, partant, cette immense infrastructure maritime deviendrait, selon ses concepteurs «un véritable pôle de développement économique, après son raccordement programmé aux réseaux ferroviaire et autoroutier, en plus d’une zone logistique de 2 000 hectares.»
Larbi Houari

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Femme Magazine 11:00 | 15-02-2020

Santé
Les exercices abdos-fessiers

Allongez-vous sur le dos et amenez les jambes vers les fesses en pliant les genoux. Posez les pieds à plat et plaquez le bas du dos (lombaires) au sol. - Croisez les bras et posez les mains sur la poitrine.

2

Périscoop 11:00 | 15-02-2020

L’instruction de la Banque d’Algérie ignorée

Si, par exemple, la BDL a jugé bon d’informer sa clientèle, à travers un communiqué, de l’allègement de la procédure pour l’ouverture de comptes bancaires, il n’en est pas de même pour certaines succursales

3

Périscoop 11:00 | 12-02-2020

Pas de Saint-Valentin à Saïda !

4

Soit dit en passant 11:00 | 15-02-2020

Un vent de Hirak pour renoncer à l’exil ?

5

Actualités 11:00 | 15-02-2020

JUSTICE

Anis Rahmani et Laïd Benamor incarcérés