Rubrique
Société

LE CALENDRIER AGRO-PASTORAL Une chronologie ancestrale patrimoniale immatérielle à Naâma

Publié par B. Henine
le 28.01.2020 , 11h00
409 lectures
Le climat, le soleil et la phase lunaire sont les trois principaux facteurs qui ont permis à nos ancêtres (cultivateurs et ceux du monde rural) à instaurer et constituer leur propre calendrier spécial agro-pastoral.
C’est ainsi qu’un cycle issu de l’année grégorienne (365 jours) a été composé en 28 phases de 13 jours chacune, inchangeables durant les 4 saisons de l’année. Ce calendrier est connu d’ailleurs chez les fellahs et les éleveurs sous différentes appellations : lamhaçib, el-mawassimhilahia ou encore lamnazel- filahia). Chaque période, donc, compte 13 jours et porte une dénomination spéciale avec une légende : choûla ; nouaïm ; bouldâ ; dabâh ; boulâe ; saâd-saoûd ; saâd-khabia ; nâthe ; smayeme ; anssra, etc. sont autant de dénominations, pour ne citer que celles-là.
Choûla, par exemple, débute le 26 novembre de chaque année ; nouaïm le 9 décembre ; bouldâ le 22 décembre ; dabâh le 4 janvier ; boulâe : le 17 janvier ; saâdsaoûd le 30 janvier, saâd-el-khabia le 12 février… et nâthe le 5 avril ; etc. Chaque nom comporte une imagination populaire et un récit poétique : à l’exemple de bouldâ qui côtoie l’hiver : (bdawala-nabda-wala-nadrab-kabda) ; dabâh : durant cette période glaciale, on dit : kelb-mayanbah wa nâr-ma-tasbah wal kerch-takoul-wa-dgoulbah) ; saâd-soûd : yajri mâa fel’ôud ; saâd khabia (période où sort tout ce qui est enterré (bourgeons, graines et insectes…) ; nâthe, c’est aussi une période très rude, on dit qu’elle fait craindre même le sanglier qui construit son gîte en cette période de peur de froid glacial ; etc. D’autres périodes sont également incluses dans les quatre saisons, où, pour l’agriculteur, l’effet de se rappeler et de se référer toujours de l’orientation du soleil et de la lune croissante, décroissante, ascendante, descendante, déplacement de l’ombre ; mais aussi, semer et cultiver sous abris, en pleine terre et mettre toutes les chances de son côté en respectant les bonnes dates pour la culture, permettra un meilleur développement et un meilleur rendement de la récolte. Les dates à respecter sont, par exemple, le 17 octobre, qui est le début des labours et des semences ; l’entrée de l’hiver, le 29 novembre ; le retour du soleil, le 22 décembre (en hiver) et en été, c’est le 23 juin ; le 25 décembre c’est l’entrée des nuits (20 nuits mortes et 20 nuits vivantes) lyali mouta et lyali hya). Yennayer (Nouvel An berbère), c’est le 14 janvier ; fin des labours le 9 février ; el-ansra 7 juillet ; smayem (grandes chaleurs) du 25 juillet au 2 septembre ; enissane, c’est le 10 mai ; on dit que c’est la période des bonnes pluies.
Un système fondamental de repère, inventé par nos ancêtres pour l’étude et l’organisation de leur temps dans la vie quotidienne.
B. Henine

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Femme Magazine 11:00 | 15-02-2020

Santé
Les exercices abdos-fessiers

Allongez-vous sur le dos et amenez les jambes vers les fesses en pliant les genoux. Posez les pieds à plat et plaquez le bas du dos (lombaires) au sol. - Croisez les bras et posez les mains sur la poitrine.

2

Périscoop 11:00 | 15-02-2020

L’instruction de la Banque d’Algérie ignorée

Si, par exemple, la BDL a jugé bon d’informer sa clientèle, à travers un communiqué, de l’allègement de la procédure pour l’ouverture de comptes bancaires, il n’en est pas de même pour certaines succursales

3

Périscoop 11:00 | 12-02-2020

Pas de Saint-Valentin à Saïda !

4

Soit dit en passant 11:00 | 15-02-2020

Un vent de Hirak pour renoncer à l’exil ?

5

Actualités 11:00 | 15-02-2020

JUSTICE

Anis Rahmani et Laïd Benamor incarcérés