Rubrique
Soit dit en passant

A chaque temps ses ambitieux !

Publié par Malika Boussouf
le 26.06.2019 , 11h00
2355 lectures

Peut-être, pense-t-on en haut lieu, que ces millions de personnes qui sortent chaque vendredi réclamer une autre république le font par amusement, pour tuer l’ennui ou passer le temps. Et, qu’au lieu d’aller confier au stade les raisons de leur colère, ils préfèrent depuis qu’ils en ont découvert les avantages, le faire à la rue. 
La mascarade, elle, va bon train et, chemin faisant, illustre parfaitement la bouillabaisse qui encourage le flou total intra-muros. là où presque plus personne ne peut certifier que les choses vont effectivement de l’avant et que le pays s’oriente vers l’instauration de cette deuxième république que la rue réclame, inlassablement, une semaine après l’autre. Dire de la situation qu’elle est préoccupante et que les choses partent dans tous les sens n’est pas destiné à jouer sur le moral d’une opinion publique consciente qu’elle ne triomphera pas du bras de fer d’un claquement de doigts. 
Les algériens, pour y être habitués, savent qu’exprimer des doléances ne va pas systématiquement déboucher sur leur satisfaction. Dans un cas comme le nôtre et l’expérience aidant à faire barrage aux effets habituellement déprimants que produisent les détestables fins de non-recevoir du système, les marcheurs comptent bien remporter la partie en maintenant la pression sur des gouvernants sourds à leurs appels. 
Un système qui avait pensé faire le jeu d’une élite traditionnellement rangée à ses propositions pour mater l’éveil dangereux de masses populaires qui clament qu’elles ne veulent plus entendre parler de lui et de ses ramifications. Qui va convaincre les marcheurs de rentrer chez eux ? 
Certainement pas les quelques interventions toxiques qui ne servent pas la volonté d’aller de l’avant manifestée par ces derniers.  C’est comme si, en Algérie, il y avait ceux qui sont nés pour vivre en parasites et ceux qui sont nés pour souffrir du manque, condamnés à regarder les autres s’en mettre plein les poches, avec la suffisance et l’arrogance que l’on sait et en usant, si nécessaire, de la force pour contenir et prévenir tout débordement. Comment se montrer  constructif quand  tellement d’éléments s’accordent à penser autrement ? 
M.B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires