Soit dit en passant / Soit dit en passant

Au service d’une Algérie qui recule !

Autant laisser tomber la culture, le civisme et le développement  pour plus tard ! Et encore ! Je me demande s’ils nous seront encore utiles ou d’un quelconque secours un jour. Comme je m’y attendais, des reproches m’ont été adressés. 
Pas beaucoup et pas de quoi renoncer ou décourager de dire les choses crûment. Mais tout de même ! Alors, je vais en rajouter une couche. Non pas que je n’aimerais pas moi non plus croire au père Noël, parce que tout le monde, après tout, a le droit de se monter les sketchs qu’il veut pour échapper à une réalité quand elle n’est pas à son goût. Mais parce que je trouve encore plus insupportable qu’histoire de s’en laver les mains, on se la raconte genre je me démarque des critiques que vous nous assénez au quotidien. Du coup, je ne m’étonne plus beaucoup que des journalistes de peu de talent mais qui ont des dents qui rayent le parquet choisissent des modèles aussi peu valorisants du genre masculin pour illustrer leur reportage et comment accepter que l’on réduise les mérites d’une femme à ses seules capacités de vider et nettoyer une panse de mouton compense totalement le vide culturel, le civisme et l’ignorance de ce qu’offre le développement. 
Il m’arrive, alors que je regarde une série ou un film étranger avec des acteurs qui reproduisent le vécu d’une entité partagée entre le boulot, le cinéma ou le théâtre, l’amour et les soucis familiaux, les fêtes et les week-ends en famille ou entre amis, de me demander en surfant sur leurs va-et-vient entre la rue et le bureau s’ils ont la moindre idée que nous, Algériens, de moins en moins convaincus qu’il en faut peu pour construire son bonheur ici-bas, existons quelque part. 
En vérité, il n’y a pas grand monde qui sache où se situe l’Algérie sur la planète ni même si elle existe. A une exception près ! Nous offrons aux autres la matière grise à laquelle un système qui ne sait pas marcher droit préfère les Kamel «Boucher» et Ali Haddad. Je pense à toutes nos têtes pensantes qui désertent le pays la mort dans l’âme et dont les  Occidentaux aguerris repèrent et récupèrent valeur et richesse avec la célérité qui les distingue des autres. 
M. B.