Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Ces «intellos» qui s’en fichent un peu !

Publié par Malika Boussouf
le 15.10.2019 , 11h00
1923 lectures
Communiquer ses certitudes et partager ses convictions avec les plus indécis d’entre les citoyens sur l’appui desquels, fut-il bancal, tout système déstabilisé compte pour triompher de l’adversité. Or, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il devient de plus en plus compliqué de faire avaler la pilule à tout venant. l’absence d’un débat qui éclaire sur la meilleure orientation à offrir au pays aura fini par aggraver la contestation et donner un poids inattendu, par les forces en place, aux marcheurs des mardi et vendredi. Depuis huit mois maintenant, les pronostics vont bon train. Tous ceux émis par une rue qui a plongé à corps perdu dans la contestation et résiste à la répression ne souffrent aucune contradiction.
Difficile de ne pas revenir sur le cas de ces intellectuels, bien de chez nous, qui ne s’impliquent pas plus que cela dans ce qui ébranle tout le pays. Certains parmi ceux qui vivent ailleurs, par exemple, préfèrent coller à l’actualité des lieux où ils évoluent. Ce qui intrigue, malgré tout, c’est le silence inexpliqué des teignes qui ont pour habitude détestable de ne rien laisser passer aux talents qui émergent et mettent en péril certaines réputations en déclin. Faut-il croire que dans des cas comme celui-là, on choisit volontairement de rester en retrait parce que l’on pense plus rentable de ne pas se mouiller, qu’il n’y aurait aucun intérêt à protester et que le mieux à faire c’est de garder le silence. Se faire discret et ne donner aucun avis, parce que, dans le cas contraire, ce qu’il y aurait à perdre serait bien trop important.
Des douktours, surgis du néant, qui se disputent savoir et expérience, occuperont l’espace laissé vacant. Nous en découvrons, du coup, dans toutes les spécialités et pourrions même en suggérer à quelques nations en mal d’exercices périlleux. Une profusion d’analystes politiques. Il est arrivé que l’on en parle, mais c’est stupéfiant combien ils sont nombreux. Les plateaux ne désemplissent pas d’illustres inconnus élevés au rang d’experts de la scène politique, économique, sociale et culturelle qui débattent de tout sauf de l’essentiel et qui, surtout, adorent être là.
M. B. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 28-05-2020

Polémique sur le traitement à la chloroquine
La réponse par les chiffres de l’Algérie

Face à la polémique qui enfle au sujet de l’usage de la chloroquine dans le traitement des patients atteints de Covid-19, l’Algérie ne

2

Actualités 06:00 | 27-05-2020

Gestion des jeux africains d’Alger et du COA
Berraf au cœur d’une nouvelle tourmente

Son nom a été souvent associé à des polémiques qui ont fait grand bruit dans le monde sportif, mais on le dit cette fois inscrit dans un autre chapitre lié aux enquêtes qui ciblent de très nombreux anciens responsables. Mustapha Berraf, ex-président du Comité olympique algérien, COA, serait au