Rubrique
Soit dit en passant

Contredire les complots ? Lesquels ?

Publié par Malika Boussouf
le 08.12.2019 , 11h00
2374 lectures

Avant-hier, c’était le dernier vendredi avant l’élection du 12 décembre. La rue, pleine à craquer, a de nouveau dit ce qu’elle pensait du scrutin en question. Et puisque personne ne semble ignorer le profil du gagnant, chacun promet qu’aucun président issu du système n’arrêtera son élan ! Tous  continueront à contredire les complots du système et à accentuer un malaise qui pourrait aller en s’aggravant. 
La campagne est terminée. A défaut de discours dans des salles pleines à craquer et d’un auditoire physiquement présent, les candidats ont dû revoir leurs ambitions à la baisse. Heureusement pour eux, les chaînes télé mises à leur service ont fait le boulot et tenté de combler le déficit. Le problème qui se pose à la veille de cette présidentielle reste le même : les Algériens ne veulent toujours pas que l’on choisisse à leur place. Ils ne veulent plus qu’on les traite en mineurs et n’acceptent plus que l’on réfléchisse ou décide pour eux. Tant d’années se sont écoulées durant lesquelles Bouteflika, en possession de tous ses moyens, a passé son temps à n’en faire qu’à sa tête et à gérer le pays comme   un bien privé. 
La récréation est terminée. Si tant est que l’on puisse qualifier le dépeçage de l’Algérie de récréation. Le ras- le-bol a atteint de telles proportions. En haut lieu, on prétend le contraire parce que rien ne laissait supposer que les raisons de la colère toucheraient de façon aussi stupéfiante la majeure partie des Algériens.
Dernier vendredi, donc, avant la présidentielle. Quand on évoque un reste de revendications à réserver au prochain Président, cela laisse entendre que d’autres auraient été satisfaites.
 J’ignore, pour ma part, lesquelles. Il ne peut, en aucun cas, être question de celles que le mouvement populaire continue de réclamer ni de celles qui auraient dû être prises en charge par une autorité qui se prétend connectée aux attentes de ses administrés. 
Chacun use de ses propres méthodes pour parvenir à ses fins, quitte à faire dans une fougue qui, chemin faisant, perd toute crédibilité. Surtout si elle émane d’un profil affecté, à tort ou à raison, à une mission impossible à conclure.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 26-01-2020

Son nom est cité dans plusieurs dossiers
Les hommes d’affaires enfoncent Saïd Bouteflika

Le nom de Saïd Bouteflika est revenu de manière récurrente lors de plusieurs auditions auxquelles ont été soumis les hommes d’affaires incarcérés dans le cadre de la lutte anti-corruption. Des sources concordantes indiquent

2

Actualités 11:00 | 27-01-2020

ELLES CONCERNENT 5 PAYS DE LA MÉDITERRANÉE
Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d’affaires

Les enquêtes judiciaires en cours sur les avoirs acquis par les hommes d’affaires durant la période Bouteflika ne se limitent pas au territoire national, a-t-on appris de sources proches des dossiers des concernés. Les juges en charge de ces affaires ont dépêché plusieurs commissions rogatoires dans cinq pays du pourtour méditerranéen. Les pays en question sont :