Rubrique
Soit dit en passant

Entre ici et là-bas, l’espoir !(fin)

Publié par Malika Boussouf
le 17.07.2019 , 11h00
1135 lectures

Ce commentaire d’un lecteur que je partage avec vous depuis deux jours déjà lui aurait été inspiré par un billet, «Sommation d'une jeunesse résolue», publié il y a quelques semaines. 
Depuis, ces mêmes jeunes qui suscitaient notre admiration n’ont pas renoncé à leurs objectifs. Se faire remettre le flambeau ou aller le chercher et arracher le droit de peser sur le destin d’une Algérie qui, depuis 57 ans, évolue à l’écart des siens et au service exclusif d’un système qui n’en finit pas de la saigner. 
Suite et fin de la contribution  
«Les services de l’Etat peuvent être également de qualité et doivent être avant tout au service du citoyen, pas au service des copains, de la famille ou des connaissances. Il faut en finir aussi avec les connivences entre les formations syndicales ouvrières de façade, le pouvoir et les puissances de l’argent et mettre au placard tous les apparatchiks qui les représentent. Le temps est venu de mettre fin aux agissements des prédateurs économiques, cette génération spontanée de nouveaux milliardaires, sans foi ni loi, qui ont juste l’argent pour idéal. 
On ne peut pas affirmer qu'en tirant le fil de la pelote elle se déroule, car le système est solide et a des partisans nombreux qui défendront, bec et ongles, leurs situations. La pression ne doit pas être relâchée et j'espère de tout cœur que les manifestations seront de plus en plus massives, qu'elles se dérouleront dans le calme, sans violence, évitant les provocations et sans volonté de faire une quelconque chasse aux sorcières, mais en restant ferme sur les revendications essentielles. L’avenir nous le dira» !
En attendant que l’avenir nous le dise, effectivement, les agitations d’acteurs toujours aussi désireux de continuer à s’empiffrer aux frais de la princesse ne manquent pas. En spectateur impuissant, le contribuable  regarde  les choses se faire et se défaire tout en guettant les réactions de voix «avisées». 
Quand on se prosterne, toute honte bue, devant un cadre en bois, pour signifier à tout un pays qu’un homme, dans l’incapacité totale de gouverner, est bel et bien aux affaires, on est capable du pire et certainement pas du meilleur.
M. B. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.

2

Périscoop 11:00 | 03-12-2019

Débarquement diplomatique chez Mihoubi

Le candidat du RND à la présidentielle du 12 décembre prochain Azzedine Mihoubi consacrera la journée d’aujourd’hui, mardi, à une série d’audiences qu’il prévoit avec de nombreux ambassadeurs. Entre autres, les ambassadeurs