Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Et les parrains, on les juge quand ?

Publié par Malika Boussouf
le 23.06.2021 , 11h00
3698 lectures

Si les accusations continuent à pleuvoir au rythme que l’on sait, on finira, si ce n’est déjà fait, par en conclure qu’il n’y a plus rien à sauver de ce monde qui a abrité les frasques des hauts responsables qui ont présidé, jusque-là, aux destinées du pays. À 24 heures d’intervalle, ils ont été deux à rejoindre la multitude d’escrocs déjà enfermés. Il y a eu un ancien ministre des Ressources en eau et un autre chargé, lui, des relations entretenues par le gouvernement avec l’Assemblée nationale et le Sénat.  
Le premier a dirigé, pendant 5 ans, l’Agence nationale des barrages et transferts avant d’être promu au poste de ministre. Le second aura, lui, grenouillé à droite et à gauche jusqu’à ce que ceux qui avaient, auparavant, estimé son profil tout à fait approprié pour gérer les relations entre le gouvernement et les deux chambres du Parlement admettent qu’il avait trop abusé de ses prérogatives. 
En ces temps d’opérations mains propres, les décideurs changent tellement souvent d’avis que les sautes d’humeur  trop violentes en deviennent inquiétantes. J’ignore si le gouvernement alloue un budget pour contenir les tensions des députés et sénateurs à son égard ou si les rapports s’organisent autrement. Il faut croire que non ou que peut-être l’ex-ministre mis en cause s’estimait trop peu rétribué et aura vite compris comment combler le déficit en se dédommageant à sa manière. Avec les contacts fructueux que ce genre de poste occasionne, les efforts fournis et pas estimés à leur juste valeur sont, aisément, récompensés sans que quiconque trouve à redire. 
A chacun sa propre lecture des scandales qui secouent le pays depuis ces derniers mois. Personnellement, ce ne sont pas les affaires dans lesquelles ont trempé les personnalités mises en cause qui me surprennent le plus, mais le fait que l’on fasse mine de découvrir, avec stupéfaction, un beau matin, et par on ne sait quel miracle, les antécédents de l’ex-haut responsable. Des travers que l’on ne relève qu’au moment où l’on estime le moment venu de régler son compte à l’ancien allié. Et si on jugeait ceux qui auraient dû alerter à leur sujet et qui  ne l’ont pas fait ?
M. B.  

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 28-07-2021

La puissance innovatrice de l’Algérie

Toute activité a ses propres outils servant à mesurer le degré de son impact sur le domaine auquel elle se rattache. Ainsi, l’évaluation des activités de la recherche scientifique se fait à l’aide d’outils qui relèvent

2

Actualités 11:00 | 24-07-2021

VALSE-HÉSITATION ET TÂTONNEMENTS EN SÉRIE
Qui dirige le Maroc ?

Depuis quelque temps, le Maroc déroute les observateurs par sa politique tâtonnante et parfois franchement aventureuse. Pour une monarchie qui a toujours fonctionné dans l'ordre et la discipline hérités d'une