Rubrique
Soit dit en passant

Garder un œil sur les acquis !

Publié par Malika Boussouf
le 27.01.2020 , 11h00
2214 lectures

Ils enfourchent le cheval d’une façon parfaitement rodée. J’ai commencé, hier, à parler de ces petits soldats qui pourraient bien devenir incontrôlables le moment venu. De cette secte tueuse aux dents longues et aux griffes acérées dont les membres, qui se faufilent partout, ne sont pas là pour servir le commun des mortels, mais pour prendre la tête du mouvement populaire. 
Je n’ai jamais caché mon aversion pour l’islamisme et ses alliés avérés ou qui évoluent plus discrètement dans un but bien pensé. Je ne cultive aucune fascination pour les religions qui ne savent pas se préserver de l’influence maléfique des hommes. Et ce qui me révulse par-dessus tout, c’est leur exploitation à des fins autoritaires. Totalement empêtré dans sa lutte contre le  monstre islamiste, il n’est, pourtant,  pas exclu que l’on ait encouragé ce dernier à sévir, espérant que, par son intermédiaire, on maîtriserait, plus aisément, l’ennemi qui menace la pérennisation des privilèges. Comment choisit-on l’ennemi à maîtriser, en priorité, et comment établit-on ladite priorité quand on parle de groupes ennemis ? Vaste question ! 
Cela devient sérieusement fatigant de vouloir imposer, comme une évidence absolue et une réalité incontournable le fait que tout ce qui se dit ou s’organise doive avoir l’aval d’islamistes planqués dans les rouages de l’Etat et qui participent, non seulement à la prise de décision, mais, surtout, à faire respecter une morale de plus en plus despotique. Parce que s’il est une vérité qu’il ne faut pas nier, c’est le mal fait à la religion et à l’exercice de l’islam par ces derniers. 
Les choses se sont corsées quand Bouteflika et son clan ont pris le pouvoir. Il faut, certes, rester vigilants même si depuis que des associations de la société civile officient sous la férule d’un islam religion d’Etat pour être sûres de ne pas s’écarter des règles qui font les lignes rouges et les sommations à ne pas les enfreindre je me dis que, concurrence oblige, le salafisme a un sérieux souci à se faire ! Il faut dire que l’islam politique ne s’est pas fait que des amis ces dernières années. Pas question, qu’aujourd’hui, il compromette l’avenir de ceux qui avancent.
M. B. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 15-02-2020

L’instruction de la Banque d’Algérie ignorée

Si, par exemple, la BDL a jugé bon d’informer sa clientèle, à travers un communiqué, de l’allègement de la procédure pour l’ouverture de comptes bancaires, il n’en est pas de même pour certaines succursales

2

Femme Magazine 11:00 | 15-02-2020

Santé
Les exercices abdos-fessiers

Allongez-vous sur le dos et amenez les jambes vers les fesses en pliant les genoux. Posez les pieds à plat et plaquez le bas du dos (lombaires) au sol. - Croisez les bras et posez les mains sur la poitrine.