Rubrique
Soit dit en passant

«Guemmar, c’est pas le Darfour» !

Publié par Malika Boussouf
le 26.02.2020 , 11h00
2711 lectures

L’affaire a fait grand bruit et, pourtant, on n’en parle plus. Pourquoi les évènements qui ébranlent notre quotidien passent-ils aussi vite à la trappe ? Ils sont partagés par un nombre incalculable de personnes, et puis plus rien ! Comment savoir ce qui se passe, aujourd’hui, dans sa tête même s’il affirme assumer son acte ? Il aura été d’un très bel effet, le coup de gueule de Mohamed Belhadi, le procureur de Sidi-M’hamed, qui, au profit d’une vingtaine de détenus, s’est fendu d’une plaidoirie, inattendue et pas très au goût de sa hiérarchie. 
Une tutelle encore plus intraitable lorsque sa politique est dénoncée par l’un des siens. Et un conseil de discipline pour muter un homme, loin du tribunal où il a osé s’élever contre la constance de verdicts injustes et autres écarts de conduite qui règnent là où seule la justice, la vraie, devrait triompher. 
Certes, celui dont le courage a été salué par l’opinion publique savait à quoi il s’exposait en plaidant comme il l’a fait. Il a été servi, en conséquence, pour avoir enfreint les règles en vigueur dans son institution, ce qui n’a pas eu l’air de le contrarier pour autant. Le retour de bâton auquel, de toute façon, il s’attendait, a soulevé la colère au sein du Hirak et enflammé les réseaux sociaux qui prennent généralement fait et cause pour qui leur paraît mériter solidarité et compassion. Ça se passe, donc, ainsi pour tout ! Mais aujourd’hui, les regards sont plus orientés vers les tribunaux en ébullition qui jugent trop sévèrement des marcheurs que la police ramasse plus souvent au hasard que de façon ciblée. Et on salue davantage les faits quand un magistrat se démarque de la politique prônée par des supérieurs qui ne pardonnent jamais à ceux qui ruent dans les brancards. 
Le procureur n’en est, cependant, pas mort. Il a juste été muté à quelque 600 km d’Alger. La sanction n’a pas été appréciée par la rue même si, comme le disait mon collègue et ami Tarik Hafid qui invitait à plus de retenue, «bon, Guemmar, c’est l’Algérie. Le gars n’a pas été muté au Darfour». Mais que l’on soit aussi vite passé à autre chose, depuis l’annonce des représailles, a de quoi laisser dubitatif ! 
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 06:00 | 05-04-2020

Belhimer refuse Club-des-Pins

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement est le seul ministre de l’exécutif de Djerad à ne pas s’installer à la Résidence d’Etat à Club-des-Pins. Selon ses proches, Belhimer a préféré continuer

2

Actualités 06:00 | 05-04-2020

LE PROFESSEUR SANHADJI (*) PARLE DE COVID-19 AU SOIR D’ALGÉRIE
Confinement total ou laisser faire l’immunité ?

A ce jour (4 avril 2020 à 7h12 min), parmi les personnes testées, plus d’un million (1 118 921 exactement dans 181 pays) de personnes se sont révélées positives au Covid-19 induit par le virus SRAS-CoV-2 et ayant causé 58 937 morts. Et la courbe des nouvelles infections est toujours ascendante et accélérée. Environ, un quart