Rubrique
Soit dit en passant

Il est misogyne. Ils le sont tous !

Publié par Malika Boussouf
le 19.11.2019 , 11h00
2731 lectures

Au lieu de chercher à comprendre pourquoi ils sortent en nombre tous les mardis et vendredis et même les jours où il ne se passe rien, qu’il pleuve, vente ou grêle, il propose, sans leur demander leur avis ou leur permission, de penser à leur place, de les marier. La cause des femmes ou comment on s’en démarque le mieux ? J’adore personnellement revenir sur ce que leur programment leurs pourfendeurs ! J’adore recommander le calme à ceux qui ne savent pas regarder au-delà de leurs propres œillères ou qui ne savent même pas qu’ils en ont ! Je suis polie, je parle d’œillères ! 
Suivez le guide, semble-t-il dire ! Il en a tout à fait le droit ! Et il ne serait pas le seul, en vérité, à rêver de le formuler ainsi. Je me souviens que l’un des 5 candidats en lice pour la présidentielle, programmée pour le 12 décembre prochain, a déjà eu à se démarquer de ce sort fait aux femmes, en juin 84. C’était, il y a quelques années déjà, quand des femmes de son staff avaient proposé d’inclure, dans son programme électoral, une révision du code de l’infamie. L’ambitieux candidat, qui l’est toujours autant, avait alors répliqué que le moment était mal choisi pour en parler.  
Prisonniers du conservatisme entretenu, à de rares exceptions près, par la classe politique, par conviction ou pour ne pas se mettre à dos les forces anti-progressistes des zaouïas, promues par Bouteflika pour appuyer ses dérives et celles des siens, il fallait en avoir sous le pied pour ne pas flirter avec les idées rétrogrades cultivées à foison, pour régner sans partage sur une société mise à terre par une décennie sanglante. 
Ne pas intégrer cette réalité dans ses projets à venir aggraverait les risques pour le long chemin qui reste à faire. Comprendre cela permettrait d’aborder plus sereinement le reste ! Même si je reste persuadée que la priorité des femmes n’a rien de commun avec celle qu’imagine pour elles le candidat islamiste. Celui qui se voit déjà en haut du podium. Si je ne suis plus en âge de courir les maris, j’aime à croire que ma descendance, elle, veillera à se construire une vie socioéconomique et culturelle stable avant de penser à la réussir au plan conjugal.  
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses