Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Jongler entre l’envie de… et celle de…

Publié par Malika Boussouf
le 26.10.2021 , 11h00
2840 lectures

Bientôt aux mots, on préférera les pointillés ! En traversant la ville, samedi dernier, et parce que nous avons été nombreux à ne pas avoir  écouté les prévisions météo de cheikh Farhat, nous avons failli y rester ma petite famille et moi. Trempés jusqu’aux os petits et grands, nous avons envisagé le pire. Il faisait tellement beau lorsque nous avons quitté la maison ! Quelques heures après, nous avons été pris au piège. Le beau temps venait de tirer sa révérence et le tonnerre se faisait menaçant. Ciel bleu azur et soleil triomphant, tous deux ont, en un temps record, cédé le pas aux éclairs furibonds et à des pluies glaçantes et ininterrompues. Les avaloirs non libérés, des détritus qui les encombrent au quotidien, sans que les autorités locales se sentent concernées et bougent le petit doigt pour empêcher le pire, les routes, impraticables, se sont très vite transformées en oueds déchaînés emprisonnant des automobilistes, choqués, impatients de se mettre à l’abri et surtout incapables de deviner la profondeur des crevasses inondées. Pour calmer notre impatience et détendre l’atmosphère à l’intérieur de la voiture, nous avons ri, mais ri jaune, à l’idée que personne n’oserait, peut-être, filmer et poster la moindre vidéo des sinistres que nous croisions. L’absence d’anticipation, en tout, et la dénonciation de ladite négligence font courir le risque de se faire traduire en justice pour mauvaise publicité faite à l’image du pays. Maintenant que n’importe quelle remarque qui laisse supposer que l’on ne file pas doux et que l’on n’a ni l’intention ni l’envie de filer doux expose aux poursuites judiciaires et à la prison, beaucoup réfléchissent avant de verser dans la critique qui déplaît. Avant de s’en prendre au khawa-khawa du Hirak «béni» et à l’Algérie «nouvelle». 
Le silence éloquent de la société civile répond-il à la menace de plus en plus effective de se faire flinguer dès que l’on franchit une ligne rouge qui demeure virtuelle et donc ouverte à tous les abus d’une administration qui s’invente des codes nouveaux quand elle sait son intégrité remise en cause? Trois heures et demie pour parcourir 20 km. Qui dit mieux ?
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 01-12-2021

Tripoli au secours de Rabat
Grosses manœuvres contre l'Algérie

Des informations sensibles se bousculent depuis dimanche soir au sujet du retrait de la candidature de la Libye du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA). Une manœuvre dangereuse liée de près aux desseins hostiles contre l’Algérie. Tout part d’une information diffusée dimanche soir par des médias proches du palais royal marocain qui livrent

2

Actualités 11:00 | 02-12-2021

C’ÉTAIT EN 1963, À JÉRUSALEM
Quand les juifs d’Algérie étaient jugés par Israël

Une histoire peu connue du public a lourdement entaché l’histoire de la communauté juive d’Algérie confrontée à un procès peu ordinaire pour ne pas avoir rejoint en masse Israël après l’indépendance de l’Algérie. C’était en 1963, à Jérusalem…