Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

La mobilisation prend son temps !

Publié par Malika Boussouf
le 15.05.2019 , 11h00
2256 lectures

Tout le monde court et on ne se demande même plus après quoi on court, le tout étant de courir. Chacun de nous a des rêves qu’il essaie d’arrimer à ceux des autres, dès lors qu’il perçoit, dans la revendication, des points communs, le même ressentiment et la même détermination à les faire aboutir. Dans les coulisses du pouvoir, on travaille à réorienter l’intérêt général. Je parle de coulisses parce que se demander qui sont les forces réelles aux commandes du pays n’est pas nouveau. 
Déplacer le regard vers ce qui permettrait, au plus vite et plus aisément, d’étouffer les revendications citoyennes quand elles se clarifient et prennent de l’ampleur. Détourner l’attention du point nodal de la contestation pour mieux en contrôler l’impact. Rien ne compte plus pour les partisans du non-changement. 
Seule importe la conduite à son terme d’une élection présidentielle qui n’embarrasse pas, tant que cela, les hauts responsables. Bien au contraire, même si, pour l’instant, il n’y a pas de prétendants affirmés qui se bousculent au portillon. 
Les ennemis du changement s’agitent et montrent leurs crocs. Le langage est plus agressif, plus menaçant. Il colle aux arrestations débridées qui s’écartent des priorités citoyennes et servent des intérêts étrangers à ceux de la rue. Ceux d’un pays où, quand les uns se vantent d’imposer une mosquée qui a avalé des milliards de dollars, d’autres, les citoyens, appellent à l’aide pour construire un centre d’oncologie pour enfants. 
Un pays où la  société civile se substitue à l’Etat, trop occupé à dépenser l’argent du peuple au lieu de servir ses urgences. Beaucoup d’entre les Algériens  qui regardent les choses tourner à l’affrontement verbal  plaignent le pays d’avoir à subir autant de méchantes démonstrations de la part de forces pas totalement identifiées. Des forces qui ne renoncent pas à récupérer espaces et crédibilité perdus et qui, en attendant, s’en prennent aux manifestants par le biais de médias aux ordres. La collectivité qui disqualifie à souhait, et les pouvoirs publics et le personnel politique, rétorque qu’elle prendra le temps qu’il faudra pour triompher de ses adversaires.
M. B.   

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 04-06-2020

Les avocats réclament la présence de Bedoui et Saïd Bouteflika au procès de Hamel
L’ombre des grands absents

L’ombre des absents plane lourdement dans la seconde partie du jugement de Hamel et de ses trois fils. En dépit de l’insistance du collectif de défense des prévenus, Saïd Bouteflika et Nourredine Bedoui n’ont pas comparu durant les deux

2

Actualités 11:00 | 04-06-2020

Hommage
Un an après sa disparition, il reste toujours parmi nous

Je l’entends tousser du bout du couloir du journal. Il porte un masque, se frotte les mains avec le gel hydroalcoolique, vérifie si