Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Les taxis tous les jours et les vendeurs le vendredi !

Publié par Malika Boussouf
le 22.07.2021 , 11h00
2800 lectures

Au diktat des taxis, rajoutons les effets de la bigoterie ambiante qui se fait plus prégnante le vendredi, jour un peu plus réservé au seigneur. Quand ils ne vous imposent pas leur itinéraire ou ne vous plantent pas en plein trajet parce qu’ils ont soudainement eu envie d’aller dans une autre direction, ils vous gratifient de prêches sonores sur ce qui vous attend comme punition une fois mort. Je vais de nouveau parler de chauffeurs de taxi, d’autant que nous sommes pas mal nombreux à critiquer la liberté qu’ils prennent avec celle de clients potentiels. 
Désolée de contrarier ceux qui n’en ont rien à faire de ce que l’on raconte à propos de chauffeurs qui se plaignent de ne pas assez travailler même s’ils sont loin d’être les plus mal lotis en ces temps où l’Algérie nouvelle impose au métro de rester à l’arrêt pour une ou des raisons que l’on ne dit pas. Désolée pour ceux qui ne se sentent pas concernés parce que leur voiture est garée en bas de leur immeuble quand elle n’est pas à l’abri de leur garage. Les témoignages de lecteurs font du bien. En voici un sur le refus de servir les clients le vendredi. 
 «Prendre un taxi à Alger c’est aussi supporter le diktat ‘‘audio’’. Il m’est parfois arrivé de changer de taxi !  
J'ai vécu la même situation en 1999 ! Il fallait ramener du lait à un enfant en très bas âge qui avait faim. Pour en avoir, j'étais obligé d'aller jusqu'à Aïn Benian. Je me suis arrêté devant le premier magasin ouvert, me suis servi puis ai voulu payer le marchand. Il était environ midi. Quelle ne fut ma désagréable surprise, lorsqu'il me dit que nous étions vendredi, jour de prière. J'ai eu beau tenter de le raisonner, lui dire que c'était pour un bébé, que le magasin était ouvert, que lui-même n'était pas à la mosquée, que j'avais l'appoint et qu’il me suffisait de lui déposer l'argent sur le comptoir, rien n'y fit ! Il me rétorqua que cela importait peu, que toute activité devait  s’interrompre à cette tranche horaire de la journée ! Et voilà que ces derniers jours, certains adeptes du propos mensonger ont décrété que la langue arabe était celle usitée au paradis... Le mal est profond.»  
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 01-08-2021

Où sont passés les 7 000 litres d’oxygène ?

Ce vendredi, un camion rempli de 8 000 litres d’oxygène liquide est parti à 16h de Jijel pour alimenter l’hôpital de Sétif. Il devait décharger vers minuit et soulager les nombreux patients en détresse respiratoire

2

Actualités 11:00 | 31-07-2021

FACE À LA DÉGRADATION DE LA SITUATION SANITAIRE
Flambée des prix des tests anticovid

Alors que le variant Delta progresse et que le recours aux tests de dépistage dévient nécessaire, les laboratoires d’analyses médicales ne trouvent rien de mieux que d’augmenter les tarifs. Sous d’autres cieux, les pouvoirs

3

Actualités 11:00 | 02-08-2021

MAROC-ALGÉRIE

Mohammed VI : quel revirement !

4

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 01-08-2021

Eh ! La France ! Ton honneur fout le camp !

5

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 31-07-2021

La prémonition de Boussad Abdiche