Rubrique
Soit dit en passant

Les vérités, toujours bonnes à dire !

Publié par Malika Boussouf
le 27.02.2020 , 11h00
2810 lectures

La rue évoquera-t-elle, de nouveau, celui qui, rangé aux côtés de détenus du Hirak, a dénoncé les verdicts abusifs d’une justice dont il a, en même temps, fustigé les déviances ? 
Mais oui ! Ce n’est pas parce que l’on n’est concerné ni de près ni de loin par une affaire, que l’on ne s’y intéresse pas. L’important est, certes, de se solidariser avec les magistrats qui renoncent à exécuter les ordres qui entravent ou contredisent leur disposition à servir la loi et seulement elle, mais il y a plus important encore. Enseigner le droit dans ce qu’il inspire comme comportements à adopter à l’égard du justiciable. Faire de la pédagogie au profit de confrères qui oublient, trop souvent, pourquoi ils ont choisi d’exercer leur métier et expliquer aux étudiants, destinés à dire le droit, que les tribunaux ne devraient pas tomber dans le méchant piège qui consiste à faire du chiffre. 
Beaucoup, hélas, cèdent, assez vite, à la tentation d’enfermer une personne qui aura brandi un emblème décrié par un système dont l’autorité est défiée et qui, par réaction, devient réfractaire à son érection au sein du Hirak. 
Alors, quand il y en a un qui dit non, il ne faut pas se contenter d’applaudir le geste mais faire en sorte que l’on comprenne, dans les amphis où l’on forme de futurs magistrats, qu’il y a une façon plus saine d’appliquer la loi. Voilà pourquoi il me semblait que, l’on avait, trop vite, abandonné la leçon, magistrale, donnée dans un prétoire, qui devrait faire office d’initiation. Il m’arrive souvent de dire que l’on n’a pas à applaudir ou à remercier une personne qui a fait son travail, puisque cette dernière est, précisément, payée pour le faire. Mais les motivations étant ce qu’elles sont, il devient impératif d’imaginer qui parmi les marcheurs se souviendra, dans quelques semaines, de celui qui aura ignoré les ordres et confirmé les pressions exercées par sa tutelle. 
Bien sûr que ce qui choque le plus dans l’histoire ce n’est pas la région ou le tribunal où il a été muté, mais le fait qu’il ait été sanctionné pour avoir dénoncé l’existence d’une justice à deux vitesses qui ne rend pas le droit en toute indépendance. 
M. B.  

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 06:00 | 05-04-2020

Belhimer refuse Club-des-Pins

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement est le seul ministre de l’exécutif de Djerad à ne pas s’installer à la Résidence d’Etat à Club-des-Pins. Selon ses proches, Belhimer a préféré continuer

2

Actualités 06:00 | 05-04-2020

LE PROFESSEUR SANHADJI (*) PARLE DE COVID-19 AU SOIR D’ALGÉRIE
Confinement total ou laisser faire l’immunité ?

A ce jour (4 avril 2020 à 7h12 min), parmi les personnes testées, plus d’un million (1 118 921 exactement dans 181 pays) de personnes se sont révélées positives au Covid-19 induit par le virus SRAS-CoV-2 et ayant causé 58 937 morts. Et la courbe des nouvelles infections est toujours ascendante et accélérée. Environ, un quart