Rubrique
Soit dit en passant

Lyncher en chœur, c’est mieux !

Publié par Malika Boussouf
le 12.09.2018 , 11h00
3027 lectures

Faut-il se réjouir qu’ils soient de plus en plus nombreux  ceux qui, investis de l’immonde mission dictée par un conservatisme qui ne cache plus ni intentions ni règles de conduite, à manifester bruyamment leur colère avant de foncer trancher dans la chair pour sonner l’arrêt de pratiques qu’ils ont décrétées irrespectueuses de leur environnement. Bien sûr, on ne parlera pas de ceux qui n’interviendront pas pour se ménager une sortie de secours éventuelle au cas où les choses viendraient à se corser. 
En d’autres termes, ils ne prendront partie ni pour les victimes, ni contre le retour en force de cette violence d’un autre âge, ni contre la montée en puissance d’un conformisme proportionnel à l’ignorance qui gagne du terrain face à une autorité locale démissionnaire. 
Parmi eux il y aura ceux qui joueront l’étonnement après avoir fui consciemment ces milieux où règnent en maîtres incontestés ceux qui sèment la terreur autour d’eux et promettent l’apocalypse à leurs pourfendeurs et à ceux qui ne respectent pas les règles à suivre dont on enrichit ponctuellement le contenu et la teneur. Des voisins d’une banlieue constantinoise ont décidé il y a quelques jours à propos de femmes partageant un appartement et donc le coût sans doute élevé d’une location, qu’elles se prostituaient.  Il y a quelques années, au sud-ouest du pays, à Hassi Messaoud plus précisément, une horde sauvage qui affirmait vouloir nettoyer un quartier prétendument infesté par des femmes de mauvaise vie avait investi les lieux en pleine nuit et en avait profité, histoire de marquer son passage et se faire plaisir,  pour violer celles qu’elle était allée punir. 
Je me souviens que les médias, à l’exception de journalistes femmes violemment heurtées par l’agression collective, n’en avaient pas fait leurs unes. 
Des individus nauséabonds, bénis par leur imam attitré, ne s’étaient pas fait prier pour courir, leur prière accomplie,  se soulager sur le corps de femmes seules et sans défense. Le prétexte était tout trouvé. Comment passer du corps de la légitime à celui proscrit qui peuple les rêves les plus fous mais que l’on n’avouera jamais convoiter ? Devinez !
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 16-02-2019

Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani

Les deux anciens secrétaires généraux du FLN Ammar Saâdani et Abdelaziz Belkhadem ne sont pas concernés par la campagne électorale pour le compte

2

Actualités 11:00 | 16-02-2019

Lamamra nommé pour le 5e mandat
Un diplomate en campagne

La nomination de Ramtane Lamamra au poste de conseiller diplomatique du président de la République a soulevé de nombreuses interrogations et donné lieu à plusieurs lectures ayant cependant toutes, d'une manière ou d'une autre, un rapport avec le cinquième mandat. La rumeur a