Rubrique
Soit dit en passant

Macron en empêcheur de tourner en rond !

Publié par Malika Boussouf
le 11.10.2018 , 11h00
4203 lectures

Une personnalité mise à la retraite depuis quelques années a voulu plaisanter avec moi sur ce qui a motivé le pardon demandé, par Emmanuel Macron, à la veuve de Maurice Audin. Tout le monde, il est vrai, n’a pas apprécié à sa juste valeur ni de la même façon le fait que sur cet aspect délicat de la guerre d’Algérie, le Président français ait éprouvé le besoin de ne pas faire comme ses prédécesseurs. Il aurait pu, en effet, passer outre les revendications de la famille du martyr algérien, comme ceux qui ont officié à sa place depuis 1962. Il aurait pu, en faisant l’impasse sur cette affaire, faire le jeu de quelques partenaires politiques algériens de la France. Se montrer plus discret et ne pas casser le travail de ceux qui réclament, à dates régulières, une repentance à laquelle ils laissent entendre qu’ils croient. A laquelle ils ne croient pas et dont ils se ficheraient comme de leur dernière chemise si elle n’alimentait pas une fausse réputation. Une crédibilité construite sur le dos d’une Algérie qui aimerait avancer autrement mais qui n’a pas, à juste titre, réglé le contentieux moral hérité d’un passé douloureux. Pourquoi la repentance réclamée leur importerait-elle si elle ne leur garantissait pas une tribune qui, même peu applaudie, n’en recrute pas moins de nouveaux trublions qui sinon n’auraient aucune chance de se distinguer ? La famille de Maurice Audin aura fini par gagner la partie au sens où l’exécution sous la torture de l’époux et père engagé en faveur de la cause algérienne a été reconnue en tant que telle. Il y a ceux qui ont payé cher leur adhésion à la guerre pour l’indépendance de l’Algérie. Il y a ceux qui lui ont survécu et qui n’en méritent pas moins notre reconnaissance. Mais il y a aussi les nationalistes de la dernière heure et les médiocres-pensants qui, parce qu’ils n’ont rien compris à la guerre d’Algérie, travaillent à effacer des mémoires futures la trace du moindre nom à consonance occidentale. Insupportable activisme qui tourne le dos à l’engagement et à l’aide extérieure juste parce que l’on pense plus rentable de faire l’apologie d’une victoire exclusivement autochtone.
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-10-2018

ÉVÉNEMENTS DU 5 OCTOBRE 1988
Hanoune répond à Ouyahia

La réponse de Louisa Hanoune à Ahmed Ouyahia ne s’est pas fait attendre. Au premier ministre qui affirmait que les événements du 5 Octobre 1988 avaient mené le pays à l’anarchie, la secrétaire générale du parti des travailleurs répond que c’est faux. Elle appelle

2

Actualités 11:00 | 13-10-2018

AFFAIRE BOUHADJA
Ce qui irrite Abdelaziz Bouteflika

Le président de l'Assemblée populaire nationale irrite au plus haut point le patron d'El Mouradia. Selon une source sûre, l'entourage de Abdelaziz Bouteflika est d'autant plus remonté contre Saïd Bouhadja que, «nous détenons des éléments sûrs que nous

3

Périscoop 11:00 | 11-10-2018

La demande de Riyad

4

Soit dit en passant 11:00 | 11-10-2018

Macron en empêcheur de tourner en rond !

5

Périscoop 11:00 | 13-10-2018

L’affaire Achour revient