Rubrique
Soit dit en passant

Objectif : mater les foules !

Publié par Malika Boussouf
le 15.04.2019 , 11h00
2549 lectures

Au-delà des aînés qui refusent de rester à la marge et accompagnent des marches qui forcent l’admiration par leur ampleur, un conflit de génération émerge au grand jour, face aux tentatives de manipulation et de gestion des foules par la répression.
Un profond désaveu d’une direction octogénaire qui s’accroche, désespérément, aux commandes par une jeunesse qui trouve toute son expression dans la rue. Là où se joue un bras de fer qui n’en finit pas de surprendre par sa fraîcheur, d’un côté, et ses arguments ressassés, de l’autre.
Ces dernières semaines ont libéré bien des énergies et boosté la créativité.
A côté des slogans qui fleurissent pour illustrer chaque situation et épousent l’évolution des évènements, il y a la poésie et les chansons. Il y a ces textes que l’on déclame à haute voix et ces poses que l’on prend pour marquer sa contribution au dénouement d’une situation dont personne n’ignore qu’elle est grave et exige un investissement conséquent de soi.
Tout n’est pas vraiment au point, mais les Algériens ne s’ennuient plus. Entre les marches, ils se familiarisent avec une Constitution dont ils étudient la moindre disposition. Ils en parlent et en décortiquent les alinéas avec talent et une verve qui rivaliserait presque avec celle d’experts en la matière. Ils s’informent sur ce qu’il y a lieu de faire et sur la suite à donner aux offres, consenties au goutte-à-goutte, par un chef d’état- major de l’ANP de moins en moins amical à l’égard des marcheurs qui mettent ses nerfs à rude épreuve et l’exaspèrent au plus haut point. Puisque le voilà désormais seul interlocuteur de la rue, il s’autorise à communiquer, à des heures de grande écoute, avec des Algériens plus suspicieux que jamais.
Le rejet massif de toute proposition qui ne correspond pas aux attentes ne tarde jamais à fuser. On continue, et de cela personne ne doute plus, à penser en haut lieu, avec une dose certaine de mépris, que l’Algérie d’en bas abrite la «gueusaille» que l’on se fait un devoir de mater pour mieux la dominer. Comment ne pas admettre que ce sont les abus d’autorité et la dérive dans les affaires qui conduisent, tôt ou tard, à des révoltes ?
M. B. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent