Rubrique
Soit dit en passant

Plus de temps pour en sortir victorieux !

Publié par Malika Boussouf
le 16.09.2019 , 11h00
2730 lectures

Le panel aurait peut-être eu quelque chance de faire aboutir ses propositions si le minimum avait été concédé à la rue. Il se trouve que c’est loin d’être le cas, puisque tout ce qui n’est pas contrôlé par le système n’a pas la moindre chance de faire recette. 
Ce n’est pas la première fois que l’on en parle dans les milieux qui observent avec attention le bras de fer qui oppose une rue bien remontée à une autorité qui tient à tout prix, on ne se demande même plus pourquoi, à encore se charger de l’avenir de populations qui réclament son retrait de la vie politique. Parmi ces observateurs, il y en a qui expliquent, arguments à l’appui, pourquoi, en haut lieu, on tient à gagner du temps face à une rue qui commence, pourtant, tout juste à s’organiser. 
Les marcheurs sont rebutés par le fait que d’aucuns ressentent un besoin plus urgent que d’autres à aller aux urnes. Une rue qui exprime à haute voix l’intérêt qu’il y a à assainir les institutions du pays et à les remettre sérieusement en marche pour mieux accueillir le changement. Quand le ver est dans le fruit, on dit qu’éplucher ce dernier ne suffit pas. 
Pourquoi ce serait au système d’imposer une feuille de route et pourquoi se caler dessus ? On sait pourquoi le régime veut aller aux élections. Ceux qui accordent leurs pas aux siens estiment que le pays ne peut pas se permettre une trop longue vacance. Certes ! Mais, est-ce que la rue, qui est encore dans le rejet, approuve la démarche ? Ils nous feraient croire que leur seul souci est de servir le pays et les compatriotes, dont ils ne donnent pourtant pas l’impression de se soucier. Pourquoi des hommes que l’on aura maltraités et jetés en pâture à l’opinion publique tiennent-ils quand même à se montrer fidèles à l’égard de ceux-là mêmes qui les auront, auparavant, traînés dans la boue ? Pourquoi cette tendance, propre à certains ex-hauts responsables bannis de la scène publique, à vouloir à tout prix revenir aux affaires et reprendre du galon ?  On pourra toujours les chasser de là ! Ils feront tout pour revenir y sévir. Avec l’aide de ceux-là mêmes  qui, auparavant, auront contribué à leur renvoi. 
M. B. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires