Rubrique
Soit dit en passant

Pourquoi il est important de témoigner

Publié par Malika Boussouf
le 09.11.2019 , 11h00
2405 lectures

Lorsque l’on parle de victimes du terrorisme, on évoque le plus souvent des personnes connues. L’injustice consiste à ne jamais évoquer les anonymes. Ils sont triplement victimes ; ils sont tués trois fois. Par les terroristes, par ceux qui négligent d’en parler et par ceux qui ordonnent de tourner la page sur la tragédie qui les a emportés en les plongeant dans un deuil permanent. 
Des assises de la mémoire ! Il fallait penser à en organiser et ne plus se contenter d’y faire seulement allusion. Ceux qui y participent réalisent, à chaque rendez-vous organisé par l’association Djazaïrouna, combien pareilles rencontres participent à lever le voile sur l’horreur. Elles permettent à des victimes d’intervenir, de se réapproprier la parole et de raconter les mutilations héritées de la barbarie intégriste, mais aussi à celles et ceux (écrivains, cinéastes, peintres, médecins,  juristes, sociologues, psychologues et autres acteurs de la société civile)  qui s’y intéressent et travaillent dans ce sens  de rappeler en quoi il est important de le faire sur la base des témoignages recueillis. 
La violence des récits aide à mieux comprendre le drame dans ce qu’il a eu de plus anxiogène. Combattre psychologiquement la lassitude qui s’empare des victimes et qui devient perceptible dès lors qu’un survivant se raconte spontanément, comme pour se délester d’un poids qui l’enferme, dans cette maudite déprime dont tous se revendiquent et que tous décrivent avec les mêmes sanglots dans la voix.
Le dépit est le même quand tous parlent d’injustice et du sort que l’on persiste à leur faire. Comme celui de leur dénier le statut de victime du terrorisme. Lorsque la mémoire porte en elle autant de blessures, il faut en panser les effets. 
Quelle réparation possible à la violence vécue et comment empêcher ceux dont c’est la mission inavouée de déposséder les autres d’une transmission  indispensable à une société qui peine à progresser ?  Il y aurait tant à dire à ce propos. A défaut d’y consacrer plus d’intérêt et plus de temps, rien n’interdit de réfléchir aux compétences les mieux habilitées à protéger ladite mémoire de toute manipulation.
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Sports 11:00 | 12-11-2019

Verts d’Europe
Les confessions de Riyad Mahrez à FF

Dans un entretien accordé au journal France Football à paraître aujourd’hui, l’international Algérien de Manchester City évoque

2

Actualités 11:00 | 11-11-2019

sellal, ouyahia, yousfi, beda et bouchouareb concernés Corruption :
le 1er procès avant la fin novembre

Les premiers procès des anciens ministres de Bouteflika détenus pour corruption se dérouleront avant la fin du mois de novembre, a-t-on appris de sources proches du dossier. Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal ainsi que trois anciens ministres de l'industrie seront jugés dans le cadre du dossier automobile.