Rubrique
Soit dit en passant

Quand le féminisme brave l’autorité !

Publié par Malika Boussouf
le 13.03.2018 , 11h00
2405 lectures

Au même moment où j’évoquais, il y a quelques jours, les contraintes faites à l’Afepec et où je parlais de tout ce qui se concrétisait sur le dos des femmes qui jamais ne baissent les bras, des millions d’entre elles, en Espagne, faisaient la démonstration de leur force à une administration inégalitaire.
A Conakry, la capitale guinéenne, elles disent leur colère et tentent de se faire entendre en bloquant la circulation. En Espagne, comme je le disais plus haut, elles ont donné de la voix et paralysé le pays en partie. Au Vatican, les religieuses ont laissé entrevoir un sentiment d’amertume et de révolte, même à l’égard d’une église misogyne. A Hollywood, celles que les potentats du métier harcelaient et violaient sans que leurs collègues masculins s’émeuvent pour autant ont, après avoir poussé leurs agresseurs, dont le sinistre Harvey Weinstein, au retrait du show-biz, décidé qu’elles n’en avaient pas fini avec l’autorité des hommes injuste et perverse.
Il y a longtemps, chez nous, que les femmes, en grande partie, ont compris que l’on ne faisait appel à elles que lorsque le sauvetage du pays exigeait qu’elles s’en mêlent. Ce ne sont, à dire vrai, pas les hommes qui font appel à elles, mais le pays, le contexte. C’est là que les mâles font mine de leur trouver des qualités qu’en d’autres temps ils leur dénient. Bien trop dangereuses pour leur avenir. Au point de leur retirer leur agrément lorsqu’elles militent dans le domaine associatif et que l’on espère les empêcher ainsi de «l’ouvrir» trop fort. Sans compter qu’avec la prochaine présidentielle en vue de laquelle on commence à s’agiter, le mieux pour la bonne image du pays serait qu’elles se fassent discrètes.
Les Algériennes ont été admirées dans le monde entier. Les voilà qui, pour une partie d’entre elles, ne revendiquent plus qu’obéissance et soumission quand, ailleurs, on réclame moins de discrimination et plus d’égalité et que l’on s’impose en force inaltérable. Et si les nôtres cessaient de travailler ? Si elles ne paralysaient pas le pays, elles auraient, à n’en pas douter, toutes les chances de gêner aux entournures.
M. B.   

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 12-12-2018

Le local de Chikhi «le Boucher» et la banque privée

Une banque privée occupe un grand local situé à côté du stade Benhaddad de Kouba. Ce local appartient à... Kamel Chikhi. Jusqu’ici, on ignore si ce bien a été répertorié par la justice pour

2

Actualités 11:00 | 15-12-2018

Pour redéfinir sa stratégie en Afrique
Trump veut un référendum au Sahara Occidental

Une voix forte, et pas des moindres, s'est élevée jeudi à Washington pour réclamer l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental. John Bolton, conseiller à la Sécurité du Président Trump, a modifié toute la donne en cours en livrant un aperçu de ce qui