Voir Tous
Rubrique
Soit dit en passant

Qui, logiquement, arrose l’autre ?

Publié par Malika Boussouf
le 23.10.2021 , 11h00
3019 lectures

Bonne question ! L’homme d’affaires ou celui qui incarne l’autorité ? Un déficit budgétaire de 3 300 milliards de dinars ! Stupéfiant, le chiffre ! Quant à savoir à quelles dépenses cette somme colossale a été consacrée, nul n’est en mesure de le dire ou est autorisé à disserter en profondeur là-dessus. Pas même les experts et encore moins ceux qui ont en charge la dépense et l’évaluation de cette dernière. Comment, pourtant, s’interdire de donner le sens qui se doit à une telle question ? 
Le Hirak a été mis à l’index dès l’apparition d’un Covid venu, à temps, court-circuiter des intentions majoritaires et la détermination d’une rue excédée par les écarts de conduite d’un système sourd à ses revendications. Un mouvement populaire qui a cessé de s’imposer comme l’opposant principal à une administration mise dans l’embarras, quand la pandémie s’est acharnée sur la pérennité de la contestation. Même si la volonté de l’apprivoiser en a fait un Hirak béni, cela ne signifiait pas que l’on avait renoncé à penser seul. Sans associer la société civile et les élites que l’on se garde bien de solliciter. Celles qui n’ont pas dit leur dernier mot face à une autorité qui peine à donner un sens à ses missions. Les procès se suivent, se ressemblent et traînent tellement en longueur, qu’ils n’intéressent même plus une opinion publique préoccupée par les pénuries qui s’enchaînent, les menaces de grève et la perspective de lendemains qui déchantent et peinent à combler la demande. Des revendications prises en otage par des forces qui n’aiment pas que l’on s’en prenne à leurs privilèges. De ces élites, vraie et fausse, la vraie, qui s’investit de façon désintéressée dans la promotion du pays, et la fausse, celle qui veut avancer mais en est empêchée par celles qui tiennent le manche par le bon bout. Celui censé les  propulser vers la réussite sociale à laquelle elles aspirent et pour laquelle elles seraient prêtes à tout. A la périphérie de ce monde-là, chacun complote pour se sortir de la misère. Ce qui dérange le plus, c’est que l’on parle plus de la brouille entre Alger et Paris que de la colère qui monte et du pouvoir d’achat en chute libre.
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 19-01-2022

L'aveu de De Mistura

Lors d'une rencontre avec les représentants de la jeunesse sahraouie dans les camps de réfugiés de Tindouf, le représentant personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Occidental a avoué

2

Soit dit en passant 11:00 | 19-01-2022

Les effets d’un shoot aux hydrocarbures !

Le baril de pétrole a ramé sec pour remonter la pente, avec la pandémie, pendant qu’ailleurs