Rubrique
Soit dit en passant

Y aurait-il plus inusable ?

Publié par Malika Boussouf
le 24.04.2019 , 11h00
1131 lectures

Lorsque l’on parle de reprise en main ou que l’on fait mine de vouloir faire le ménage, on ne sait pas vraiment de quoi il en retourne et encore moins ce que l’on a l’intention de remettre sur les rails. On n’en saura pas plus sur ce qui se passe dans la tête de celui ou ceux censés tout contrôler en haut lieu. Je propose que nous revenions un de ces quatre sur la fameuse constante qui fait que des hommes qui ont squatté inlassablement le système continuent à se payer notre tête. Pour l’heure, c’est de la morgue dont ils font montre lorsqu’ils insultent notre intelligence que j’ai envie de parler. Mais, aussi, de ces anciens proches de l’ex-chef de l’Etat, aujourd’hui quelque peu contrariés d’avoir été abandonnés de façon aussi cavalière. 
Les desseins n’étant pas franchement affichés, on se demande si c’est l’Algérie qui préoccupe tout ce beau monde ou s’ils n’ont, carrément, pas l’intention de lâcher prise. Et pendant que l’on ne fait rien tout en s’agitant beaucoup, histoire de vendre de l’illusion et convaincre que l’on se bouge pour le pays et pour ceux qui n’en ont pas d’autre de rechange, ceux censés s’acquitter de leurs dettes auprès des banques et qui ne le font toujours pas gagnent du temps pour réfléchir aux moyens de tout garder. Qui pense pouvoir aisément contenir l’humeur de l’énorme cocotte-minute dont on soulève ponctuellement la soupape pour tromper à la fois la vigilance populaire et dévier la trajectoire de la contestation vers une autre direction ? Comment faire le tri dans ce qui est avéré et ce qui est destiné à faire diversion et pourquoi les infos se bousculent-elles à un moment précis et pas à un autre ? On a du mal, à vrai dire, quand on est de l’autre côté de la barrière, à éprouver de la sympathie pour ceux que l’on a depuis des lustres identifiés comme les enfants indéboulonnables du système ! On pourra toujours nous offrir des Ouyahia et consorts pour convaincre de la bonne foi de ceux qui restent, il n’en demeure pas moins que les certitudes resteront inaltérables. 
Les marcheurs du vendredi et des autres jours savent qu’au cœur du bras de fer ne figure ni l’intérêt du pays ni celui du peuple.
M. B. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent