Sports / Sports

MC Oran

«Baba» indécis sur le successeur de Badou Zaki

Le MC Oran a sonné le réveil en signant sa première victoire de la saison face à l’AS Aïn M’lila (3-1) lundi soir au stade Ahmed-Zabana d’Oran dans le cadre de la 5e journée de la Ligue 1 Mobilis, au moment où son président prolonge le suspense au sujet du futur entraîneur de l’équipe après le départ de Badou Zaki.
Interrogé à l’issue du match concernant justement cette vacance de la barre technique de son équipe première de football, le président du MCO, Ahmed Belhadj dit «baba», s’est contenté de démentir toutes les informations rapportées à propos des noms de techniciens annoncés avoir été contactés pour succéder au coach marocain. «J’ai du respect pour tous les entraîneurs cités mais je peux affirmer que pour le moment, je n’ai contacté aucun autre entraîneur, car avant de le faire, il faudra d’abord résilier le contrat qui nous lie avec Badou Zaki, or jusque-là, il n’a pas donné signe de vie. On doit le rencontrer, ou son représentant, pour justement tout tirer au clair», a déclaré le boss oranais à la presse.
Dans le même temps, le préparateur physique de l’équipe, Djamel Bekadja, s’est illustré, lors de la conférence de presse d’usage d’après match, par des propos qui n’ont guère ménagé l’ancien sélectionneur des «Lions de l’Atlas». «Après le départ de Badou Zaki, les joueurs se sont complètement libérés. Il avait imposé un régime de fer, qui a eu son effet négatif sur eux d’où les mauvais résultats enregistrés en début de saison», a-t-il asséné. Bekadja, qui a dirigé les «Hamraoua» en compagnie de l’entraîneur de l’équipe de la réserve, Aïssa Kinane, lors du match face à l’ASAM, en a également profité pour remettre en cause le travail réalisé durant l’intersaison, plus particulièrement au cours du stage effectué en Turquie et qui a duré trois semaines. «Si l’ex-préparateur physique était parti, c’est à cause de Badou Zaki. A l’arrivée, l’équipe a effectué une mauvaise préparation, et cela s’est vérifié encore une fois lors de ce match contre l’ASAM que nous avons terminé très difficilement puisque les joueurs n’ont pas pu tenir le coup lors du dernier quart d’heure», a-t-il encore dit, lui, qui avait rejoint le staff technique des Oranais après le retour de l’équipe de la Turquie.