Voir Tous
Rubrique
Sports

MCB Oued Sly Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui

Publié par R.S
le 18.04.2021 , 11h00
141 lectures

La direction du MCB Oued Sly, co-leader du groupe Ouest de la Ligue deux de football, a affirmé hier que le départ de son entraîneur Touhami Sahraoui n'était pas pour des «considérations financières». «Contrairement à ce que colportent certains, le club ne doit aucun centime à Sahraoui, qui n'a aussi aucun problème ni avec les joueurs ni la direction qui l’a mis dans les meilleures conditions possibles pour bien accomplir son travail», a indiqué le président du club, Rachid Chranou, dans un communiqué de presse. L'entraîneur Sahraoui, qui a rejoint le nouveau promu en Ligue deux lors de l'intersaison, a surpris plus d’un en jetant l’éponge, il y a quelques jours, au moment où son équipe a réalisé une très bonne première partie d’exercice qui lui permet de postuler à l’accession.

Le président du MCB Oued Sly a dit, à ce propos, «regretter le départ du coach», ajoutant avoir «tout fait pour le convaincre de poursuivre la mission avec l’équipe mais en vain, justifiant son départ par des raisons d’ordre familial». Rachid Chranou a, en outre, fait savoir qu’il a déjà engagé des contacts avec des entraîneurs au profil recherché, et qu’il devrait conclure avec l’un d’entre eux «dans les prochains jours». Et de poursuivre : «Nous allons recruter un entraîneur ayant les capacités de réaliser notre objectif, à savoir. l’accession en Ligue 1. Tout le monde connaît le professionnalisme de notre club, ce qui motive plusieurs techniciens à collaborer avec nous.»

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir