Rubrique
Sports

Nour Benzekri (Entraîneur) : «Face au Sénégal, il faudra un milieu solide»

Publié par Hassan Boukacem
le 26.06.2019 , 11h00
214 lectures

Bien qu’il n’exerce plus depuis quelques années, Nour Benzekri n’en demeure pas moins un obsevrateur avisé, fidèle à lui-même, son franc-parler et ses analyses sont toujours aussi percutants, comme en témoigne cet entretien.

Le Soir d’Algérie : Coach, quel est votre première analyse du match Algérie-Kenya (2-0) ?
Nour Benzekri
: Pour notre sélection qui avait pris la mauvaise habitude de perdre ses premiers matchs, c’est une victoire et c’est déjà un point positif. Nos capés sont bien rentrés dans le match et ils n’ont pas failli.
Belmadi a déclaré que ce n’est pas le Kenya qui était faible, mais l’Algérie qui a été plus forte. Vous êtes d’accord avec lui ?
Non, je ne suis pas d’accord du tout. Moi, je dirais que les Kényans ont été faibles et que les nôtres n’ont pas été forts. Notre sélection est à revoir. Certes, il y avait de la rigueur, du sérieux et de la sérénité et on l’a vu durant toutes les rencontres. Il y avait un bon état d’esprit et la mobilité de Bounejdah a beaucoup gêné les Kényans. En fait, on a joué que par nos individualités.
Justement, quelles sont les individualités algériennes qui vous ont attiré ?
Cela fait longtemps qu’on n’a pas vu Mahrez à ce niveau de sélection.
Bennacer a été élu meilleur joueur du match
Alors, je n’y connais rien au football.
Vous n’êtes pas d’accord avec  ce choix ?
Parce que je n’ai pas vu Bennacer comme étant le meilleur de la rencontre.
Vous auriez choisi quel joueur ?
Bounedjah ou plutôt Mahrez qui a beaucoup travaillé. j’ajouterai Attal qu’on a beaucoup vu. Bon, maintenant reste à savoir comment ces joueurs vont se comporter face à une sélection d’un calibre supérieur.
Le Sénégal, prochain adversaire des Verts est justement d’un calibre supérieur. C’est un bon test ?
Je suis sceptique car notre milieu de terrain n’est pas assez costaud.
Faut-il titulariser d’entrée Abeid et Brahimi ?
Il faut dire que Belmadi n’a pas beaucoup de choix. Il faut solidifier ce milieu, mais je vais dire les choses comme je le pense. Il y a un déséquilibre au niveau de l’effectif.
Quel déséquilibre ?
Après la mise à l’écart de Belkebla qui est un milieu, on ramène un avant-centre en la personne de Delort. C’est là où est la tare et le manque. Il y avait déjà Slimani et Bounedjah, pourquoi sélectionner Delort ?
Il aurait fallu ramener un autre milieu ?
Oui, parce qu’il y a un manque dans ce compartiment. Ensuite, en deuxième période contre le Kenya, Belmadi a parlé de gestion, mais moi j’ai noté une certaine fatigue. On a  été efficace, c’est vrai sur trois occasions on en met deux.
Qu’est-ce qu’il faudrait modifier dans notre sélection avant d’affronter le Sénégal ?
Il faudrait avoir un milieu très fort, parce que les Sénégalais possèdent un milieu costaud. Il faudra priver leurs attaquants de ballons et ce ne sera pas facile. Avec le retour de Mané qui évolue à gauche, ce sera dur de le  contrer avec Attal et Mahrez dans ce couloir. Par ailleurs, je me demande quelle est l’utilité de Boudaoui.
Pourquoi ?
Si on prend un jeune, c’est pour le lancer dans le bain, pas pour le garder comme remplaçant. S’il est bon, il doit jouer. Pourquoi aligner un Feghouli comme relayeur, et ce n’est pas tout à fait son rôle, alors qu’il y a des spécialistes à ce poste.
Dziri Bilal qui était votre joueur à l’USMA vient d’être nommé entraîneur des Rouge et Noir, un commentaire ?
Je ne peux que lui souhaiter bonne chance dans sa nouvelle fonction à l’USMA.
Propos recueillis par Hassen Boukacem

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et