Rubrique
Sports

Stade Mustapha-Tchaker de Blida Fermeture après le match contre la Zambie ?

Publié par Mohamed Bouchama
le 09.10.2019 , 11h00
205 lectures
Posée en 2010, la pelouse naturelle du stade Mustapha-Tchaker de Blida ne fait plus l’unanimité auprès des entraîneurs, ceux des équipes nationales en particulier, en dépit du fait qu’elle soit l’une des rares aires de jeu «praticable» en Algérie.
Et selon les responsables du stade, elle devrait être complètement refaite au lendemain du prochain match officiel des Verts, en novembre, contre la Zambie en match qualificatif de la CAN-2021. C’est Kamel Nasri, le directeur du stade, qui a livré l’information à la radio nationale estimant que la pelouse «a fait son temps». Il faut juste préciser que ce n’est pas la première fois que la pelouse du stade de Blida fait l’objet d’un toilettage. A chaque rendez-vous des Verts depuis 2010, elle a bénéficié d’un «programme spécial» qui a coûté les yeux de la tête. Pourtant, cette enceinte n’a abrité, en tout et pour tout, qu’une cinquantaine de matchs depuis sa pose. Ce qui, économiquement parlant, dénote d’un investissement à perte induit par une mauvaise gestion. Comme les autres stades d’Algérie, le problème d’entretien et l’absence de «gazonnières» sont les principales causes de cette situation qui prive clubs et sélections d’un stade pour la compétition. L’USMB, à titre d’exemple, n’a foulé le temple de Sidi-Lekbir qu’une dizaine de fois depuis que l’EN a choisi de disputer ses rencontres officielles et amicales dans cette infrastructure sportive ouverte en 1978 mais qui n’a été réellement opérationnelle qu’à partir des années 2000.

Belmadi «déçu» par l’état du terrain
En visite à Blida, lundi, le sélectionneur national Djamel Belmadi s’est enquis de l’état de la pelouse du stade Mustapha-Tchaker où se tiendra le match amical contre la RD Congo, ce jeudi. Belmadi a montré des signes d’inquiétudes au contact de l’aire de jeu en gazon naturel et l’a fait savoir aux responsables du stade. Ces derniers ont promis un «meilleur état» de la pelouse pour jeudi. Durant sa conférence de presse, hier, au CTN/FAF de Sidi Moussa, il a eu des mots durs à ce propos. «Depuis que je suis sélectionneur, on est allé une dizaine de fois à Tchaker. Ce n'est pas la faute des employés, c’est celle des dirigeants. Les jardiniers m'ont dit qu'il fallait le fermer au moins trois mois pour bien travailler et non pas bricoler. Je suis devenu un spécialiste en jardinage. Hier, on m’a fait un cours sur la manière de scalper une pelouse. Ce qui n’est pas normal. Excusez-moi, mais lors du match des locaux entre l’Algérie et le Maroc, j’ai eu honte : «ça faisait mal face au Maroc en présence du président de la Fédération marocaine de mettre l'hymne sur YouTube et le placer devant le micro... Jouer sur une telle pelouse, avoir une coupure de courant...». Et de s’interroger où pourrait évoluer la sélection prochainement. «On nous dit que des stades vont être livrés au premier trimestre 2020 mais pour le moment, on ne sait pas quel sera notre stade… », a martelé celui qui, lors du match du mois dernier face au Bénin au stade du 5-Juillet, n’avait pas les mots pour qualifier l’état du temple d’Alger. Sur un autre registre, la direction du stade de Blida a décidé de mettre en vente les 22 000 billets d’entrée à partir d’hier. L’opération se poursuivra jusqu’à épuisement des tickets dont le prix a été fixé à 500 DA pour les tribunes découvertes et 1 000 DA pour les gradins couverts.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires