Rubrique
Sports

Belmadi voulait le garder encore Halliche méritait mieux

Publié par Mohamed Bouchama
le 11.09.2019 , 11h00
828 lectures
Incorporé pendant dix minutes du match contre le Bénin, Rafik Halliche a définitivement tourné la page de la sélection qu’il a rejointe en 2008 à l’occasion du match face au Sénégal. Champion d’Afrique en juillet dernier en Égypte, Halliche quitte l’EN après 11 ans de bons et loyaux services.
Pas besoin de rappeler ses faits d’armes. Juste que le «roc» ne s’est jamais départi de ses obligations envers l’équipe de son pays. Lui qui était comme le dernier maillon de l’EN qui a fait vibrer le peuple un soir de 18 novembre 2009 à Omdourman contre les Pharaons. Presque dix ans après avoir versé son sang dans l’attaque qui a ciblé le bus des Verts près de l’aéroport du Caire, Halliche se retire les yeux en larmes.
Comme il l’a déjà été, même en cas de victoires. De ses adieux, lundi soir, fêtés par les supporters, les joueurs et les membres des staffs, quelques fausses notes ont jailli et ont failli gâcher le cérémonial. La FAF avait promis une surprise que personne n’a vu ou senti. Le cafouillage qui régnait sur la main courante au sifflet final de l’arbitre égyptien dénote d’un scénario mal écrit et forcément mal interprété. Halliche méritait mieux qu’une «lévitation» de ses camarades pour boucler une carrière durant laquelle il a tout connu et gagné. L’enfant de Bachdjarah n’oublie rien. «Il y a beaucoup de choses à dire après ces 11 années passées en sélection. Il y a eu du bon mais aussi du moins bon. Je ne retiendrai que le meilleur», a-t-il confié au micro de l’ENTV. Sans faire référence aux adieux qui lui ont été réservés, Halliche, toujours humble et modeste, se contentera de dire : «On ne peut pas espérer une meilleure fin. Finir avec un titre, c’est le rêve de tout algérien». Avant de se projeter sur l’avenir, celui de la sélection pas le sien. «Sincèrement, physiquement j'aurais pu continuer encore quelques années je vais le faire en club, mais il faut savoir sortir par la grande porte. En plus de ça, il y a une génération de jeunes qui arrivent, il faut leur laisser de la place. On leur souhaite le meilleur». Ce n’est pourtant pas ce que pense Djamel Belmadi qui aurait espéré voir le colosse défenseur de Moreirense servir encore la sélection. «Si cela ne tenait qu’à moi, je ne laisserai pas partir Halliche. Je sais qu’il nous manquera car, à son poste, on attend toujours la relève». Des propos élogieux qui serviront de cadeau d’adieu à un footballeur à l’exemplarité jamais éprouvée.
M. B.

Slimani approche Tasfaout

Auteur de son 29e but en sélection Islam Slimani a dépassé le record de Lakhdar Belloumi et a égalé celui de Rabah Madjer. Mieux, l’attaquant monégasque n’est plus qu’à sept banderilles du record de Tasfaout, légendaire baroudeur des Verts avec 36 réalisations. Avec plus de réussite, il en a manqué au moins deux buts tout faits devant le portier béninois Alagbé, Slimani aurait franchi un grand pas vers sa quête de détrôner l’ancien capitaine de la sélection.
M. B.
 

Les blessés n’ont pas été oubliés
Duran la soirée festive de lundi, le public a certainement dû apercevoir quelques visages parmi le groupe de joueurs entassés dans le banc algérien. Il s’agissait entre autres de Mohamed Farès (Spal) blessé et forfait pour les six prochains mois ainsi que d’Oussama Chita (USMA) victime d’une grave blessure qui l’avait privé de la CAN-2019. Autre présence durant cette soirée, celle de Mehdi Zeffane, sans club depuis qu’il a décidé de quitter Rennes mais qui a répondu présent à l’invitation de la FAF.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses