Voir Tous
Rubrique
Sports

Saisine du Zamalek à propos d’un prétendu arrangement du match EST-MCA La CAF «va voir»

Publié par Mohamed Bouchama
le 12.04.2021 , 11h00
19 lectures
Le club égyptien du Zamalek SC, éliminé de la phase des poules dans le groupe D, lequel a vu la qualification en quarts de finale de l’ES Tunis et du MC Alger, a adressé une plainte à la CAF pour dénoncer «un arrangement entre les clubs tunisien et algérien» lors de leur match de samedi à Radès sanctionné par un nul (1-1) qui assure la qualification du Mouloudia d’Alger au tour suivant. Un courrier qui, selon les médias égyptiens, a reçu une première réponse de la part de l’instance africaine. Cette précision émanerait du président du jury disciplinaire de la Confédération, le Sud-Africain Raymond Heck. Dans une déclaration à la chaîne sportive «On Sports», relayée par les sites spécialisés en Egypte, le responsable de la CAF a confirmé la saisine officielle du club égyptien portant sur l’issue «arrangée» du match et a promis que sa commission étudie la requête «même si les officiels du match (dont l’arbitre sud-africain Victor Gomes de Freitas) n’ont rien signalé dans leur rapport», a-t-il déclaré. Et de poursuivre : «Nous avons les prérogatives de faire rejouer les matchs suspects ou de sanctionner les fautifs s’il est prouvé que les rencontres se déroulent de manière non-réglementaire ou suspecte. Nous allons revoir le match et si le plaignant a des preuves étayant ses soupçons d’arrangement par des faits concrets nous allons prendre les mesures qui s’imposent», dira Raymond Heck, juriste de son état.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir