Sports / Sports

Henri Stambouli, entraîneur de la JS Kabylie :

«La situation est compliquée»

Après la clôture du premier stage de préparation d’intersaison, d’une dizaine de jours, à Tikjda, sur les hauteurs du Djurdjura, la JS Kabylie effectuera un autre regroupement dès dimanche à Alger.
Henri Stambouli, à la barre technique des Canaris depuis deux semaines, tire la sonnette d’alarme en affirmant que la JSK n’a pas un effectif capable de jouer la coupe de la CAF, tout en accusant indirectement l’ancienne direction qui l’avait recruté. «Nous sommes dans une situation compliquée aujourd’hui, il ne faut pas rêver, d’autant plus qu’on est en retard sur les autres.
L’effectif ne s’est pas dessiné complètement. Pour les joueurs qui vont jouer la CAF, ils en manquent. L’ancienne direction a envoyé 33 noms pour les licences africaines, c’est le règlement. On va faire avec ce qu’on a, mais je vous avoue qu’aujourd’hui, c’est une situation compliquée. Les quelques joueurs qu’on pourrait rajouter ce sont les anciens joueurs, et pour l’instant, ils ne sont pas là, j’attends avec une grande impatience leur arrivée», a-t-il déclaré à l’issue de la rencontre amicale face au CS Constantine (1-1), en affirmant qu’il est réaliste. «En coupe de la CAF, on va jouer les FAR du Maroc qui n’est pas une petite équipe. Notre adversaire est déjà en compétition, il a fait des matchs africains il a beaucoup, beaucoup d’avance sur nous. Il nous faut donc rattraper le retard», a-t-il poursuivi en exigeant de la direction d’accélérer le recrutement, mais surtout de faire réintégrer les anciens joueurs. «Pour moi, le recrutement, ce sont les joueurs qu’on avait la saison passée et qui sont aujourd’hui en suspens. J’espère qu’ils vont nous rejoindre rapidement. Ça, c’est déjà une base, on les connaît, on connaît leur valeur et leur qualité et ça c’est la première base de recrutement. C’est la priorité des priorités, parce que ce sont des joueurs d’expérience, et ce sont des joueurs qui ont vécu une histoire avec le club et on pourra s’inscrire dans la continuité», insiste-t-il en dénombrant les postes à renforcer. «On doit recruter dans les secteurs de jeu où on est déficients. Aujourd’hui, par exemple, on n’a pas un réel attaquant, un finisseur, quelqu’un qui est capable de marquer. C’est un registre compliqué, car les vrais buteurs sont recherchés. On doit travailler avec ce qu’on a chez nous, et après si on arrive à trouver, on devra recruter», dira l’ancien entraîneur marseillais qui attend avec impatience l’arrivée de l’Ethiopien Muji Kessane, toujours coincé dans son pays faute de visa. Stambouli qui fait des anciens joueurs sa priorité pour les réintégrer dans l’effectif. En attendant, la JSK entame dimanche prochain un second stage à Aïn Benian, à l’ESHRA.
A. A.

Benabdi et Bensayeh rempilent

Bonne nouvelle pour le staff technique de la JSK qui devra compter sur le retour de deux cadres de l’équipe, à savoir Aziz Benabdi et Rédha Bensayah, qui ont décidé de rempiler. Alors qu’ils étaient partants, les deux joueurs, convoités en Algérie et à l’étranger, ont trouvé un terrain d’entente avec le président Yazid Iarichène. Les deux éléments, sous contrat avec les Canaris jusqu’au 23/10/2023 pour le premier et jusqu’au 01/07/2022 pour le second, allaient saisir la Chambre nationale de résolution des litiges (CNRL) pour obtenir, chacun, sa libération, et ce, à cause de leur situation financière, ils n’ont pas été indemnisés depuis des mois. Iarichène, qui s’est réuni avec les deux joueurs mercredi, dans la journée, a dû les convaincre de poursuivre l’aventure avec les Canaris.
A. A.

Boulahia file aux émirats

Mohammed-Zakaria Boulahia, recruté la saison dernière par la JS Kabylie, pour deux saisons, a opté pour une équipe des Émirats arabes unis, à savoir l'Emirates Club évoluant en seconde division. Sollicité par plusieurs équipes en Algérie, notamment le MC Alger et l’USM Alger, l’ancien attaquant du Real Murcie (D3 espagnole), formé à l’Atlético Madrid, a réalisé une bonne saison avec la JSK avant de saisir la Chambre nationale de résolution de litiges (CNRL) pour la résiliation de son contrat pour ne pas avoir perçu ses salaires depuis des mois.
A. A.