Rubrique
Sports

USM Alger : Les comptes du club étant bloqués Le cri de détresse de la direction

Publié par Ahmed Ammour
le 21.07.2019 , 11h00
176 lectures

La direction de l’USM Alger pousse un cri de détresse en direction des autorités pour sortir le club de la crise qui le secoue, conséquence du blocage de son compte bancaire par la justice depuis l’incarcération de Ali Haddad, patron de l’ETRHB, actionnaire majoritaire dans la SSPA/USMA. C’est d’ailleurs pour cette raison que la transaction de vente des actions de l’ETRHB tarde à se concrétiser. «Il est important de savoir qu'effectivement, le compte bancaire du club est bloqué en raison de l'enquête judiciaire dont fait l'objet le Groupe ETRHB Haddad. Le blocage du compte bancaire est une des raisons de la non-concrétisation de la transaction, mais pire encore, le gel du compte fait entrer l'USMA dans une crise profonde, puisque la direction est dans l'incapacité de fonctionner, payer les joueurs et autres fournisseurs. Cela fait que l'USMA se trouve dans une position très dangereuse», explique la direction du club algérois qui fait appel aux autorités compétentes pour débloquer cette situation avant que les choses «n'empirent». L’USMA insiste que tant que «le compte bancaire est bloqué, il sera impossible de s'engager dans les compétitions nationales et internationales». C’est dire que si la situation persiste, l’équipe risque de déclarer forfait cette saison.
Ah. A.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et