Voir Tous
Rubrique
Sports

USM Alger Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale

Publié par R.S
le 14.04.2021 , 11h00
43 lectures

L'attaquant international ghanéen, Kwame Opoku (21 ans), recruté par l'USM Alger lors du mercato, a passé, lundi à Alger, la traditionnelle visite médicale avant de signer son contrat avec le club de Ligue 1 algérienne. Dans une vidéo publiée sur le compte Facebook de la formation algéroise, on voit l'ancien attaquant de l'Asante Kotoko SC passer avec succès la visite médicale au Centre national de médecine du sport (CNMS). La direction de l'USM Alger avait annoncé en mars dernier qu'un accord avait été trouvé avec son homologue ghanéenne de l'Asante Kotoko SC pour le transfert définitif de l'attaquant Kwame Opoku qui s'engagera pour quatre ans et demi. Plusieurs médias ghanéens avaient annoncé le 10 mars l'engagement du buteur d'Asante Kotoko, Kwame Opoku  avec l'USM Alger, sans dévoiler toutefois la durée du contrat. Selon les sites spécialisés Ghana Soccernet et Footy-Ghana.com, le transfert avait été réalisé contre un chèque de 350 000 euros, précisant que le joueur a finalisé son transfert le 9 mars après avoir signé les documents nécessaires en ligne. Auteur de huit buts cette saison, toutes compétitions confondues, Kwame Opoku «se verra remettre une voiture personnelle à son arrivée en Algérie et percevra un mois de salaire de 15 000 euros», avait précisé Ghana Soccernet. 
Kwame Opoku était également sur le radar de l'ES Sétif et du club égyptien vice-champion d'Afrique, le Zamalek, selon la même source. Pour rappel, l'USMA a déjà renforcé son secteur offensif en engageant l'attaquant du Paradou AC, Zakaria Naïdji.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir