Rubrique
Sports

USM BLIDA Le wali offre deux milliards de centimes

Publié par Mohamed Belarbi
le 06.12.2018 , 11h00
12 lectures

Dans une cérémonie organisée hier à l'honneur des clubs sportifs blidéens, le wali de Blida, Youcef Chorfa, a accordé une subvention de deux milliards de centimes pour aider l’USMB à remonter la pente même si toutes les chances se sont effilochées. Cette subvention aura pour avantage, dira le wali, de booster toutes les chances de l'équipe blidéenne à sortir la tête de l'eau. Connaissant défaite sur défaite et cela même à domicile, l'équipe phare de la Mitidja est devenue méconnaissable. Cette subvention aura-t-elle pour conséquence de la sauver d'une relégation certaine ? En tout cas, c'est le vœu pieux de tout supporter du club. Dans la foulée, le wali leur a promis une autre subvention en 2019, celle-là même qui leur permettra de souffler un peu en matière de financement. Si Blida a obtenu la part du lion dans cette distribution de subventions, d'autres clubs, à l'image de ceux de Larbaâ et de Boufarik, ont obtenu une subvention de 700 millions de centimes chacun. Les équipes de basket-ball et volley-ball n'ont pas été en reste dans cet octroi puisqu'elles ont bénéficié à leur tour des aides financières de 300 millions de centimes chacune. En somme, 6 milliards de centimes sont allés dans les caisses de ces clubs avec l'espoir de les voir parmi l'élite tel que le wali l'a souhaité de vive voix.
M. Belarbi

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CRITIQUÉ POUR SON SOUTIEN À ALI GHEDIRI
Mokrane Aït Larbi s’explique

Le soutien qu’apporte le célèbre avocat Mokrane Aït Larbi à la candidature de l’ancien général-major Ali Ghediri a généré des critiques, mais

2

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA
La France officielle consent

La France aux commandes a pris acte sans réserve de la candidature de Bouteflika. Une option à laquelle elle était déjà préparée alors que des critiques particulièrement virulentes sont émises dans les milieux médiatiques et les faiseurs d’opinions. A Alger, le personnel diplomatique en place scrute à la loupe les nouveaux