Rubrique
Sports

À cause des subventions jugées «dérisoires» allouées par l’APC Les clubs oranais montent au créneau

Publié par R.S
le 07.11.2019 , 11h00
48 lectures

Les principaux clubs de football d’Oran sont montés au créneau pour cause des subventions allouées par l'APC, que les concernés jugent «dérisoires», alors que la plupart des équipes oranaises font face à de sérieux problèmes financiers. 
Le MC Oran, pensionnaire de la Ligue 1, a été le premier à rejeter carrément la subvention que lui a débloquée l’APC et estimée à 10 millions DA. «C’est une somme insignifiante qui n’est pas à la hauteur d’un club évoluant parmi l’élite. Au regard des subventions dont bénéficient les équipes de la Ligue 1 de la part de leurs APC respectives, nous pouvons affirmer que nous sommes vraiment très loin», a déclaré à l’APS le manager général du MCO, Zoubir Ouasti. Pis, ce dirigeant va jusqu’à crier à l’injustice, estimant que «les clubs de football, en particulier, et les sportifs oranais, en général, méritent une meilleure considération de la part d’une APC comme Oran, sachant qu’il s’agit de la deuxième grande ville en Algérie». Cette montée au créneau de la direction mouloudéenne coïncide avec une situation financière délicate que connaît la trésorerie de la formation phare d’El-Bahia qui croule sous les dettes générées par la gestion des ex-dirigeants, accuse-t-on de même source. La «révolte» des «Hamraoua» a donné des idées au voisin l’ASM Oran, dont les dirigeants se sont, à leur tour, plaints du montant de la subvention accordée par l’APC. «Ça fait déjà plus d’une dizaine années que nous recevons le même montant en guise de subventions de la part de l’APC estimée à 6 millions DA. Je n’ai pas besoin de dire qu’il s’agit d’un montant dérisoire pour un club évoluant en Ligue 2 et qui aspire à jouer l’accession», s’insurge le manager général de l’ASMO, Houari Benamar. Il a, en outre, précisé que cette subvention ne couvre même pas les frais de deux déplacements en championnat, relevant au passage que l’entrée de cet argent dans les caisses du club accuse souvent du retard. Le SCM Oran, le troisième club de football qui évolue dans la Division nationale amateur (DNA), n’est pas mieux nanti dans ce registre. En effet, son président Benaïssa Cheraka, s’est dit, lui aussi, «déçu» par le traitement réservé par l’APC à son club, révélant que la subvention allouée à sa formation ne dépasse pas les 4 millions DA. «Si tel est le cas pour le SCMO, que dire alors des autres clubs de la ville évoluant dans le bas étage à l’image de l’USM Oran, le RCG Oran et le RC Oran qui sont en train de souffrir le martyre et risquent tout simplement la dissolution», a regretté le patron du SCMO.  Le même responsable a souligné qu’il était contraint de dépenser de son propre argent pour subvenir aux besoins de son équipe qui aspire à accéder en Ligue 2 en fin de saison actuelle, et ce, profitant du changement du système pyramidal de la compétition.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 16-11-2019

Comité de campagne d’Abdelmadjid Tebboune
Abdallah Baali démissionnaire ?

L’information s’est répandue telle une traînée de poudre dès jeudi : Abdallah Baali, le directeur de campagne d’Abdelmadjid Tebboune, aurait décidé de claquer la porte suite à des divergences avec le

2

Actualités 11:00 | 17-11-2019

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION
Une cinquantaine de walis et de maires ciblés

Les walis et les présidents d'APC constituent finalement l'un des corps les plus ciblés par la