Rubrique
Sports

Échecs Les mésaventures du Maître international Benhadi Aziz-Madani

Publié par Mohamed Bouchama
le 02.12.2019 , 11h00
259 lectures
Le talent n’a pas d’âge, ne souffre pas du poids des ans. Surtout pour un Maître échéphile de la trempe de Benhadi Aziz-Benhadi qui continue de «séduire» les adeptes des jeux d’échecs. Mais pas uniquement les séduire.
Ancien DTN de la FADE, structure qu’il a quittée «sèchement» en 2015 malgré un travail de fond entrepris dans les écoles et les maisons de jeunes à travers le pays, Maître Benhadi n’a pas rangé pour autant ses «pièces» se permettant même de corriger ses arrière-petits-fils. C’était le cas lors du tournoi masculin de présélection «toutes catégories» 2018-2019 tenu du 24 au 26 octobre derniers à Benchicao (Médéa). Un challenge à l’issue duquel les trois meilleurs seront admis au championnat arabe de la spécialité qui a débuté le 26 novembre dernier à Mostaganem et qui s’étalera jusqu’au 6 décembre. Une compétition pendant laquelle M. Benhadi a pris le 3e rang derrière ses concurrents Boulrens Ala Eddine et Nassr Ali. Pas besoin de rappeler que pour être engagé dans cette épreuve jouée en 7 rondes, il fallait payer les frais d’engagement, de transport et d’hébergement. Et les résultats ont été communiqués à la Fédération internationale pour les besoins de ses statistiques techniques. Logiquement, le trio de tête devait se produire durant le tournoi arabe qui se tient dans la ville de Sidi-Saïd. Logiquement sauf que, doit-on écrire.
En effet, le 7 novembre dernier (en tout cas c’est la date qui figure sur la convocation à en-tête de la Fade), M. Benhadi Aziz-Madani est prié de se présenter devant un conseil de discipline de la Fade le samedi 16 novembre à 9h dans un lieu qui lui sera communiqué ultérieurement. Non seulement le lieu n’était pas connu, mais la convocation est parvenue au domicile de M. Benhadi (El-Mouradia) en date du …17 novembre, soit 24 heures après la date fixée pour sa présentation devant le CD/FADE. Un contretemps qui ne s’explique pas, la convocation adressée à M. Benhadi faisait suite «à la réunion de la commission juridique et de discipline de la Fédération algérienne des échecs qui a eu lieu le vendredi 11 octobre 2019 au siège de la Maison de jeunes «Bir-el-Jir» wilaya d’Oran», est-il écrit sur le document adressé au Maître international. Pourquoi avoir attendu environ un mois pour lui notifier la convocation devant la CD/Fade ?
En fait, rien ne justifiait une telle suite réservée à un participant qui a suivi à la lettre les recommandations des organisateurs du tournoi de présélection de Médéa. Intrigué par sa non-convocation pour le championnat arabe, pour lequel il était «naturellement» qualifié, M. Benhadi prit le soin de solliciter par courrier daté du 21 novembre dernier pour demander des explications, s’appuyant sur la fiche technique et du classement dudit tournoi. M. Benhadi qui enverra une copie de sa missive d’urgence au directeur général des sports du MJS «pour information» avait eu connaissance d’une décision signée par le président de la Fade, M. Brahim Djelloul, signée le 4 novembre dans laquelle «il est mis en situation de gel de toutes activités échiquéennes». Dans ladite résolution fédérale, il est mentionné par ailleurs que «Monsieur Benhadi Aziz-Madani est instruit en commission de discipline, le 15 novembre (et non le 16 novembre comme précisé sur la convocation), avant poursuite judiciaire pour utilisation d’un faux document dans un procès contre la Fédération». On l’aura en fin de compte compris : M. Benhadi n’a pas été retenu pour le championnat arabe pour une autre raison (procès intenté à l’ancien président de la fédération, Samir Zerdali pour une histoire de droits relatifs à la rupture unilatérale de la relation du travail). Pourquoi lui avoir alors permis de prendre part au tournoi de présélection de Benchicao (Médéa) qualificatif à la compétition arabe ?
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses