Rubrique
Sports

ES Sétif Les projets de Serrar pour l’Entente

Publié par Ahmed Ammour
le 12.11.2019 , 11h00
577 lectures

Le nom d’Abdelhakim Serrar revient souvent dans les milieux de l’Entente de Sétif avec son probable retour aux affaires du club. Confronté à des problèmes d’ordre interne et sportif depuis le début de saison, l’ESS a du mal à prendre son envol. 
Si sur le plan des résultats, l’équipe commence à peine à  se réveiller, 11e au classement avec 10 points, l’Entente n’a jamais connu un aussi mauvais démarrage de championnat depuis des saisons allant jusqu’à concéder quatre défaites consécutives dont deux à domicile. Et ce n’est que samedi dernier que les Sétifiens ont réussi à mettre un terme à la série des mauvais résultats en s’imposant devant l’USM Bel-Abbès (2-1) en match de la 10e journée. L’arrivée de l’entraîneur tunisien Kouki semble redonner confiance aux joueurs, et l’annonce du retour de Serrar a été bien accueillie par l’entourage de l’Entente. «J’ai de grands projets pour l’Entente afin de la remettre au-devant de la scène sportive, déclare Serrar qui compte intégrer le conseil d’administration de l’ESS. Je songe sérieusement à me présenter aux élections du Conseil d'administration de la SSPA/ESS, que j'ai moi-même créée lorsque j'étais président du club. Depuis le début de l’actuel championnat, le jeune Fahd Halfaya, qui a succédé à Hacène Hamar, incarcéré, essaye de gérer les affaires, mais l’équipe n’a toujours pas d’agrément, d’autant plus que le mandat du président du CA de la SSPA/ESS, celui de Azzedine Arab, a expiré début novembre. Et en l’absence de candidats, les membres du CA songent à élire Serrar au poste de président de la SSPA/ESS avec une entrée dans le capital de l’équipe avec l’achat des actions de Zaghlache qui compte céder ses parts à l’ancien capitaine des Aigles des Hauts-Plateaux.
Ah. A. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et