Rubrique
Sports

Haltérophilie Mohamed Gouni continue de souffrir dans l’indifférence

Publié par Abdenour Belkheir
le 29.08.2018 , 11h00
173 lectures
C’est dans l’indifférence la plus totale que Mohamed Gouni, ancien international de d’haltérophilie, discipline qui durant près d’un demi-siècle l’a totalement absorbé et grâce à laquelle il a poli savamment un éloquent palmarès. Sept fois champion d’Afrique, médaillé aux JM, champion arabe et quinze fois champion national, Mohamed Gouni, natif de La Casbah, âgé aujourd’hui de 70 ans, qui a, également, des années durant, été entraîneur national, est sérieusement malade (il a subi plusieurs délicates interventions chirurgicales), attendant le geste salutaire des responsables du secteur qui tarde à venir malgré une très inquiétante détérioration de sa santé, qui nécessite impérativement une prise en charge à l’étranger (le mal qui le ronge ne peut être soigné en Algérie, selon les médecins traitants nationaux).
Inquiet au plus haut point, Mohamed Gouni, fils de chahid, qui garde toutefois une foi profonde, souhaite vivement que son pressant appel ne tombe pas dans les oreilles de sourds, et que très bientôt, il bénéficie de tout le soutien et de la nécessaire et utile assistance.
Espérons que la mémoire ingrate qui n’a pas cessé de faire mal à la famille Gouni laissera place à la générosité des responsables de tout le secteur et des âmes charitables d’ici et d’ailleurs.
A. Belkheir

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent