Rubrique
Sports

Djamel Belmadi «moins agressif» devant la presse Retour à la normale ?

Publié par Mohamed Bouchama
le 09.10.2019 , 11h00
1049 lectures

C’est un Djamel Belmadi plutôt apaisé qui s’est présenté devant les médias, hier, lors de la conférence de presse tenue au CTN/FAF de Sidi Moussa.
«Mes propos la dernière fois ont peut-être été extrêmes mais ces personnes-là avaient tenu des propos encore plus extrêmes. Ces personnes ont fait un grand mal mais je ne suis pas là pour faire des excuses ou non. C'est passé, je me concentre sur mon travail». C’est en ces termes que le sélectionneur national a lancé son point de presse qui intervient à un peu plus de 48 heures du premier test des Verts contre la RD Congo, jeudi soir à Blida. Hier, en plus d’une heure de questions-réponses, Belmadi a surtout communiqué, ne fuyant aucune interrogation, même les plus intrigantes à l’exemple de cette relation toujours tendue avec Fawzi Ghoulam de même que cette éventuelle liste noire dont lui ou encore la FAF auraient dressée. Dans ses interventions, l’ancien footballeur de l’O Marseille a été pour le moins «académique», à la limite du «chirurgical». Belmadi qui fera l’éloge de l’officier média de la FAF à propos duquel il dit que «c’est une personne compétente», semblait plus mesuré que lors des précédentes sorties où il a paru «excédé» et par la manière de poser les questions des journalistes et des thèmes évoqués. Moins «agressif», Belmadi semble vouloir ouvrir une nouvelle page avec les médias qu’il invitera à l’aider dans son travail. En particulier en allant demander à certains franco-algériens encore réticents s’ils daignent bien se définir par rapport aux «sollicitations» des fans algériens qui veulent les voir porter le maillot de l’équipe nationale. Probablement que le coach a été «briefé» pour qu’il cesse ses attaques envers des médias qui seront toujours là quand lui, comme d’autres entraîneurs d’ailleurs, ira poursuivre sa carrière ailleurs.

Les «perturbateurs» réhabilités ?
C’est aussi un signe que Belmadi maîtrise mieux son «sujet». Belmadi vient de fêter sa première année en tant que patron des Verts. Son expérience à la barre technique d’une sélection algérienne qui a souvent fonctionné de manière archaïque est singulière. Avec un peu plus de connaissance de l’entourage de cette sélection maudite depuis 29 ans, Belmadi a compris que «l’attaque n’est pas nécessairement la meilleure façon de se défendre» et a, donc, opté pour un mode plus ouvert. A telle enseigne que lui-même avoue qu’il est «à l’écoute» de tout et qu’il peut parler de tous les sujets de la vie de la sélection « sauf ceux qui ont un caractère privé ou technique». Et c’est dans cette même logique qu’il fait son mea-culpa dans sa «guerre» assumée menée à l’encontre de certains joueurs qui lui ont paru «perturbateurs» au lendemain de son intronisation à la tête de l’EN. Hier, Belmadi s’en est excusé en qualifiant ses derniers propos de «maladroits». Le «petit parisien» n’a même trouvé les mots pour exprimer ses «regrets» de tenir de tels propos que d’expliquer qu’en fait «ses joueurs avaient pris de mauvaises habitudes» et qu’ils peuvent revenir s’ils changent leur comportement comme l’ont fait la plupart des sélectionnés.
M. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires