Rubrique
Supplément TIC

La technologie au service de l’environnement s’invite à la 7e édition de «Algeria 2.0»

Publié par Latifa Abada
le 01.11.2018 , 11h00
77 lectures

La nouvelle édition de l’évènement hi-tech «Algeria 2.0» aura pour thème cette année l’environnement. La digitalisation des entreprises qui offrent des solutions environnementales constitue un enjeu important pour le développement du secteur, estime Karim Embarek organisateur de ce rendez-vous technologique. La 7e édition se tiendra du 4 au 8 décembre 2018 au cyberparc de Sidi-Abdellah, partenaire de l’évènement.

«Algeria 2.0» revient cette année dans sa 7e mouture. L’évènement, qui regroupe chaque année les professionnels du secteur des technologies de l’information et de la communication, d’ici et d’ailleurs, sera organisé cette année conjointement avec l'Agence nationale des déchets (AND), une collaboration dont l’objectif est de trouver les outils technologiques adéquats pour rendre le secteur de l’environnement plus efficient. «A travers cette thématique nous allons tenter de démontrer comment les nouvelles technologies peuvent constituer un réel outil pour la valorisation des déchets et le recyclage et identifier ensemble les opportunités d’investissement dans le secteur de l’environnement. Nous allons également orienter les jeunes entrepreneurs vers ces pistes pour obtenir des marchés», informe Karim Embarek, manager de la start-up Xmedia and Event organisatrice de l’évènement. 

Challenges et sensibilisation
Au cours de cette rencontre, plusieurs compétitions seront organisées. D’abord un concours de développement d’une application mobile où les candidats seront appelés à apporter une solution technologique et innovante autour de la thématique de l’environnement. Toujours dans la même optique, un autre concours sera, cette fois, dédié aux youtubeurs, qui devront produire du contenu algérien destiné à vulgariser les moyens de sauvegarde de l’environnement par le biais d’une application mobile et Android TV. Celles-ci seront ensuite installées sur des téléviseurs IRIS sous forme de quiz ou de jeux afin de susciter chez les plus jeunes l'envie de protéger l'environnement, précise encore Karim Embarek qui rappelle que sera organisé, en marge de cet événement, une «Battle graphique Algeria 2.0».

Un évènement inscrit dans la durée
Depuis sa première édition en 2013, «Algeria 2.0» revient chaque année. «Pour pérenniser un tel évènement, il faut avoir de vrais partenaires qui croient au projet, une très bonne équipe, et du bon contenu», affirme Karim Embarek. Cependant, notre interlocuteur reconnaît l’existence de difficultés qui, selon lui, «sont connues de tous ceux qui organisent des évènements en Algérie». «Les problèmes auxquels nous faisons face chaque année ce sont les obstacles logistiques et financiers. Seulement le grand problème, c’est qu’en sept ans d’activités, nous ne sommes toujours pas arrivés à comprendre le manque d'implication d'entreprises citoyennes pour soutenir ce genre d'actions qui, pourtant, ne peuvent donner qu'un impact positif, en apportant davantage de visibilité pour ces marques, mais aussi pour l'ensemble de l’écosystème numérique en Algérie», déplore Karim Embarek. Par ailleurs, d’autres partenaires réitèrent leur soutien annuel pour cet évènement. Karim Embarek cite la société IRIS de production d’équipements électroménagers et électroniques, l’assureur MacirVie et Facebook.
L. A.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 11-11-2018

ANP
Vers la fin du cumul des fonctions au sein de l’armée

C’est sur instruction personnelle directe de Abdelaziz Bouteflika que les cinq généraux-majors et le colonel des services, détenus depuis le 14 octobre à la prison militaire de Blida, ont été libérés le 5 novembre

2

Actualités 11:00 | 10-11-2018

AUDITIONNÉ À TROIS REPRISES PAR LE JUGE D’INSTRUCTION
Comment se défend «El-Bouchi»

Au tribunal de Sidi-M’hamed d’Alger, les apparitions de Kamel El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, ne font plus l’évènement. Même le dispositif mis en place aux alentours de la bâtisse se fait désormais plus léger qu’à l’habitude et attire, par conséquent, beaucoup moins le regard