Supplément TIC / Supplément TIC

Le digital et la gouvernance de l’internet

Aujourd’hui, il est nécessaire de se concentrer fortement sur le projet de la généralisation de l’application des techniques numériques dans la vie quotidienne des algériens et surtout de se préoccuper sérieusement de l’immobilisme des autorités constaté dans la gouvernance de l’internet. En s’appuyant sur le numérique pour accélérer le processus de création des systèmes d’information multifonctionnels, le pays ne pourra que garantir un vaste développement culturel et scientifique de haut niveau. Regardez les Etats-Unis, ils ont été les premiers à déployer l’internet et de faire bénéficier leurs secteurs industriels des percées des technologies du numérique. Ils en ont largement profité. Ce pays est devenu le leader mondial de l’enseignement à distance et la première nation du monde qui a mis au point, grâce à Google, les premières voitures sans chauffeur et sans volant. Mieux, les américains, en provoquant l’affaire Snowden, poussent les pays du reste du monde, comme la Russie, la Chine et les pays de l’Union européenne, à accepter la version de l’administration américaine concernant le partage de la gouvernance d’internet. Contrairement aux américains qui ont créé le protocole d’internet IP, l’Europe n’a pas fait sa révolution de l’usage de l’internet, et ce, malgré le fait que celui qui a greffé la technologie du numérique au Net pour inventer le Web était un anglais. Les raisons de ce ratage sont multiples, mais son absence de la gouvernance d’internet en est la principale cause. Maintenant, il est clair que les autorités US, en voulant imposer leur version du partage de la gouvernance d’internet, visent la réorganisation de l’économie mondiale au seul profit de la mondialisation. L’avenir de la gouvernance de l’internet sera donc prometteur dans la mesure où les grandes nations vont batailler pour empêcher les «esprits traditionnels» de freiner l’usage des TIC. «Le tout connecté» est la prochaine bataille américaine. Ce projet est appelé à bouleverser le fonctionnement socio-économique des pays. Une étude récente de la compagnie BI Intelligence estime à 7 milliards le nombre d’objets connectés actuellement, et à 34 milliards d’ici 2025, dépassant ainsi le nombre combiné des PC, tablettes et smartphones. Ce qui positionne les propriétaires d’applications, dans la chaîne des valeurs de l’économie digitale, comme les véritables gagnants de la généralisation de l’usage du numérique.
F. F.