Rubrique
Supplément TIC

Base de données législatives : «LegalDoctrine», un précieux outil pour les entreprises

Publié par Aboubaker Khaled
le 12.04.2018 , 11h00
193 lectures

Dans le monde des affaires, un regard constant sur les évolutions et les nouveautés réglementaires est nécessaire. Gestionnaires, administratifs et services juridiques doivent constamment être informés des nouvelles réglementations. L’environnement de l’entreprise algérienne n’est pas épargné. Un outil local propose d’apporter ces réponses. Il s’agit du site LegalDoctrine, la «première LegalTech en Algérie» qui «propose des services juridiques répondant aux besoins des entrepreneurs».
«LegalDoctrine est la première LegalTech en Algérie, ayant la vocation de proposer des services juridiques répondant aux besoins des entrepreneurs.» La plateforme (https://legal-doctrine.com) qui se positionne comme «la porte d’entrée web du droit en Algérie» est «dotée d’un moteur de recherche» qui permet «aux abonnés de minimiser le temps de recherche» de textes législatifs. En se positionnant comme «la porte d’entrée web du droit en Algérie», LegalDoctrine propose «une base de données législatives regroupant lois, décrets, articles, notes administratives, circulaires, ordonnances et jurisprudences».
Le site est construit sur un modèle responsive design. Ses services s’appuient sur des «algorithmes de chiffrement puissants», affirme le fondateur de la plateforme, Walid Ghanemi, qui souligne que l’objectif de la plateforme est de «faciliter l’accès des utilisateurs au droit, de réduire les coûts et les délais afin d’accroître l’efficience du service».
LegalDoctrine propose également, parmi ses nombreux services, un test gratuit de 24 heures contenant un accès au système fiscal algérien, avec tous les textes de référence. L’accès à la totalité du fonds juridique se fait par un abonnement annuel. Selon Ghanemi, le lancement des services de LegalDoctrine «va constituer une étape majeure dans notre démarche d’optimisation de l’expérience client d’une part, et l’optimisation de nos ressources au service des entreprises d’autre part». Il s’agit sans doute d’une «réelle et pratique innovation dans le monde juridique en Algérie».

Une fenêtre pour les professionnels du droit
Outre le monde des affaires, LegalDoctrine est une plateforme ouverte également aux professionnels du droit et des questions juridiques. Le marché visé par LegalDoctrine est segmenté en deux parties stratégiques qui sont le B2B (mise en relation business to business) et le B2C (business to client). De ce fait, les entreprises multinationales, les institutions publiques, les cabinets de conseil, les bureaux d'avocats, notaires, commissaires aux comptes, experts-comptables ainsi que les PME/PMI sont les principales cibles de la plateforme.
Les services de LegalDoctrine s’appuient sur des algorithmes puissants permettant une recherche «rapide et efficace». Pour une meilleure vision, les textes sont classés par «catégories». Les abonnés peuvent compter sur un «service de veille juridique» qui les maintient informés des «modifications liées à une recherche» via mail.
Une «newsletter d'informations juridique & économique» est aussi proposée aux abonnés, ainsi qu’un «chat online» pour une «meilleure assistance juridique». Une assistance téléphonique est aussi proposée pour une meilleure utilisation de cet outil.
A. K.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-10-2018

AFFAIRE BOUHADJA
Ce qui irrite Abdelaziz Bouteflika

Le président de l'Assemblée populaire nationale irrite au plus haut point le patron d'El Mouradia. Selon une source sûre, l'entourage de Abdelaziz Bouteflika est d'autant plus remonté contre Saïd Bouhadja que, «nous détenons des éléments sûrs que nous

2

Actualités 11:00 | 13-10-2018

ÉVÉNEMENTS DU 5 OCTOBRE 1988
Hanoune répond à Ouyahia

La réponse de Louisa Hanoune à Ahmed Ouyahia ne s’est pas fait attendre. Au premier ministre qui affirmait que les événements du 5 Octobre 1988 avaient mené le pays à l’anarchie, la secrétaire générale du parti des travailleurs répond que c’est faux. Elle appelle