Voir Tous
Rubrique
Supplément TIC

News

Publié par Ahmed Ammour
le 23.05.2020 , 06h00
68 lectures

Google lance son service de visioconférence «Meet»
A l’instar de toutes les autres applications, Google lance le service Meet, «rencontre», en cette période de pandémie de Covid-19. Google Meet visioconférence permet à plusieurs utilisateurs, à partir d’un ordinateur ou d’un appareil mobile, de discuter, se réunir grâce au compte Google. 
Une application qui permet également de planifier une visioconférence Meet dans Google Agenda. Il suffit de créer un événement et d'y ajouter ses invités. Les invités ont par ailleurs la possibilité de transférer le lien de la réunion à d'autres personnes. Si une personne qui n'a pas été invitée à l'événement Agenda tente d'assister à la réunion, un des participants membres de l’organisation doit accepter sa demande. Pour les réunions organisées par un compte Google personnel, seul le créateur de la réunion peut accepter ces participants. 
Google Meet se dit même en mesure de faire de l’ombre à Zoom, considéré le plus important, ainsi qu’à d'autres applications.
Ah. A.

Ooredoo annonce son bilan financier du 1er trimestre 2020
Au premier trimestre 2020, Ooredoo, groupe de télécommunications, qui a rendu publics ses résultats financiers, confirme la stabilité de son positionnement sur le marché national de la téléphonie mobile. Les revenus d’Ooredoo Algérie du 1er trimestre 2020 se sont établis à 19,7 milliards de dinars alors que le résultat, avant intérêts, impôts (taxes), dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations (EBITDA), a été de 6,6 milliards. 
Le parc clients d’Ooredoo Algérie a, quant  à lui, atteint 12,3 millions d’abonnés à la fin du mois de mars 2020. Durant le premier trimestre 2020, Ooredoo Algérie annonce avoir investi près de 3,2 milliards de dinars. Au sein du groupe, Ooredoo Algérie représente 10% du nombre d’abonnés et 11% du montant des investissements. Ooredoo rappelle par ailleurs avoir entamé l’année 2020 en poursuivant sa stratégie tournée vers le digital qui vise à démocratiser l’internet très haut débit mobile auprès de ses clients.
Ah. A.

Industries électroniques
Un nouveau régime préférentiel écartant les lots CKD

 l «Le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) 2020, qui sera soumis incessamment au Parlement, prévoit un nouveau régime préférentiel visant à relancer les industries électronique, électrique et mécanique à travers des exonérations fiscales et l'exemption des droits de douane. 
Dans ce cadre, les opérateurs des industries électroniques, appareils électroménagers et mécaniques bénéficieront d’une exemption des droits de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les matières premières importées ou acquises localement ainsi que sur les composants acquis auprès des sous-traitants, conformément à l’article 61 du projet de loi de finances complémentaire. 
Les matières et composants importés seront consignés dans une liste quantitative établie au titre de chaque exercice fiscal comme partie intégrante d'une décision d’évaluation technique accordée par le ministre chargé de l’Industrie, que l’opérateur agréé sera tenu de soumettre aux services de l'administration des douanes et des impôts», selon le même article. Sont soumis au taux de 5% de droits de douane et au taux de 19% de TVA tous les ensembles, sous-ensembles et accessoires importés séparément ou groupés, par les opérateurs ayant atteint le taux d’intégration consigné dans le cahier des charges de leur filière. 
Cette nouvelle mesure vise à encourager les opérateurs à atteindre un taux d’intégration nationale favorable à l’émergence d’industries réelles au lieu du montage actuel, et ce, à travers deux régimes distincts.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par