Rubrique
A fonds perdus

Quoi que fasse Washington…

Publié par Ammar Belhimer
le 09.07.2019 , 11h00
1177 lectures

Foreign Affairs prend acte du règne de la Chine sur le Web en cette fin d’année 2019, après cinq décennies de domination américaine.(*)
« Grâce à la réglementation intérieure, à l'innovation technologique et à la politique étrangère, la Chine vise à mettre en place un système de cyberdéfense «imprenable», à se faire entendre dans la gouvernance d'internet, à encourager les entreprises de classe mondiale et à développer les technologies avancées. »
Si les efforts en matière d'innovation en intelligence artificielle, en informatique quantique, en robotique et dans d'autres technologies ambitieuses aboutissent, « Pékin a de bonnes chances de réussir à refondre le cyberespace à son image. Si cela se produit, internet sera moins global et moins ouvert. Une grande partie des applications chinoises sera exécutée sur du matériel fabriqué en Chine. Et Beijing récoltera les avantages économiques, diplomatiques, de sécurité nationale et de renseignement qui ont jadis afflué à Washington. »
Le Président Xi a, dès sa prise de pouvoir en 2012, créé une nouvelle agence, la Cyberspace Administration of China, et lui a confié la responsabilité « de contrôler le contenu en ligne, de renforcer la cybersécurité et de développer l’économie numérique ».
Quatre priorités sont fixées à la nouvelle agence :
- garantir un internet harmonieux :« Cela signifie qu’il guide l’opinion publique, soutient la bonne gouvernance et favorise la croissance économique, mais il est aussi étroitement contrôlé de manière à entraver la mobilisation politique et à empêcher la circulation de l’information susceptible de saper le régime » ;
- réduire la dépendance à l’égard des fournisseurs étrangers d’équipements
numériques et de communication ;
- juguler le risque de cyberattaques sur des réseaux gouvernementaux et privés susceptibles « de perturber des services critiques, de nuire à la croissance économique et même de provoquer une destruction physique » ;
- promouvoir « la ‘’cyber-souveraineté’’ en tant que principe organisateur de la gouvernance de l'internet » (aux yeux de Xi, la cyber-souveraineté représente « le droit des pays individuels à choisir de manière indépendante leur propre cyberdéveloppement, leur modèle de cyber-réglementation et les politiques publiques d’internet et à participer à la gouvernance internationale du cyberespace ».
« Les quatre priorités de Pékin exigent que la Chine agisse de manière agressive pour façonner le cyberespace chez soi et sur la scène mondiale. »
En plus de recourir à des mesures de surveillance, la Chine a également créé un cadre interdépendant de lois, de règlements et de normes pour accroître la cybersécurité et protéger les données dans les systèmes gouvernementaux et privés.
Depuis l’adoption du plan quinquennal, qui a débuté en 2016, l’investissement dans la recherche et le développement a augmenté de 20% par an en moyenne. Il culminait en 2018 à environ 233 milliards de dollars, soit 20% des dépenses mondiales totales de RD. Le nombre d'étudiants chinois diplômés en sciences et en ingénierie est plus élevé que partout ailleurs dans le monde. En 2018, la Chine a dépassé les États-Unis en termes de nombre de publications scientifiques.
Trois technologies seront les plus importantes pour la capacité de la Chine à façonner l’avenir du cyberespace : les semi-conducteurs, l’informatique quantique et l’intelligence artificielle.
Pendant des années, Pékin a essayé et a échoué à construire une industrie locale des semi-conducteurs, c’est-à-dire des circuits intégrés (ou puces électroniques) présents dans presque tous les appareils technologiques.
Selon le cabinet de conseil McKinsey, la Chine a importé pour 228 milliards de dollars de circuits intégrés. Peu après l’annonce des sanctions contre ZTE, le quatrième fabricant d'équipement de télécommunications au monde, M. Xi, a appelé à un rassemblement des meilleurs scientifiques du pays pour faire des percées sur les technologies de base.
En 2015, la Chine a publié des lignes directrices visant à amener les entreprises chinoises à produire 70% des micropuces utilisées par l'industrie chinoise d'ici 2025. Depuis, le gouvernement a subventionné les entreprises nationales et étrangères qui déplacent leurs activités en Chine et encourageait les consommateurs nationaux à acheter chinois. Le gouvernement a réservé 150 milliards de dollars pour la prochaine décennie afin d’améliorer la capacité de la Chine à concevoir et à fabriquer des microprocesseurs avancés. La Chine a également acquis des technologies à l'étranger. Selon le cabinet de recherche Rhodium Group, de 2013 à 2016, les entreprises chinoises ont lancé 27 OPA sur des sociétés américaines de semi-conducteurs totalisant plus de 37 milliards de dollars, contre six transactions de 214 millions de dollars entre 2000 et 2013.
Ensuite, il y a l'informatique quantique, qui utilise les lois de la mécanique quantique — essentiellement la capacité des bits quantiques, ou qubits, à effectuer plusieurs calculs en même temps — pour résoudre certains problèmes que les ordinateurs ordinaires ne peuvent pas faire.
Plus que ses investissements dans la recherche sur les semi-conducteurs et l'informatique quantique, ce sont les plans ambitieux de la Chine en matière d'intelligence artificielle qui ont causé le plus de malaise en Occident. Lors d’un sommet sur l’intelligence artificielle qui s’est tenu l’année dernière, Eric Schmidt, ancien président de Google, a déclaré à propos des Chinois : «D’ici 2020, ils auront rattrapé leur retard. D'ici 2025, ils seront meilleurs que nous. Et d'ici 2030, ils domineront les industries de l'intelligence artificielle .» La Chine tente d'exploiter l'intelligence artificielle à des fins militaires, notamment les essaims de drones autonomes, les logiciels capables de se défendre contre les cyberattaques et les programmes qui prédisent les mouvements politiques.
En 2017, le gouvernement chinois a présenté sa feuille de route pour devenir le « centre mondial d’innovation en IA » d’ici 2030.
Le gouvernement a désigné Baidu, Tencent, le géant du commerce électronique Alibaba et l’éditeur de logiciels de reconnaissance vocale iFLYTEK comme les champions nationaux de l’IA, le premier groupe à développer des systèmes capables de conduire des voitures autonomes et de gérer des villes intelligentes, c'est-à-dire des espaces urbains utilisant une grande variété de capteurs pour collecter des données sur la vie des personnes, puis analyser ces données pour réduire l'impact environnemental des villes, stimuler le développement économique et améliorer la qualité de vie.
Sous Xi, la Chine a également tenté de façonner les institutions et les normes internationales qui régissent le cyberespace.
Les efforts les plus visibles de la Chine pour rédiger les nouvelles règles du cyberespace sont centrés sur l’ONU. Beijing préfère une vision centrée sur l’État. En 2017, par exemple, la Chine a appelé à «une approche multilatérale de la gouvernance du cyberespace, les Nations-Unies jouant un rôle prépondérant dans la recherche d'un consensus international sur les règles». La vision de Pékin sur internet est ascendante. Selon le think tank Freedom House, la liberté de l’internet — la facilité avec laquelle les gens peuvent accéder à internet et l’utiliser pour exprimer leur opinion — a diminué au cours des sept dernières années. De plus en plus de pays poussent les entreprises à stocker des données sur leurs citoyens à l'intérieur de leurs frontières.
« Quoi que fasse Washington, l’avenir du cyberespace sera beaucoup moins américain et beaucoup plus chinois. »
A. B.

(*) *Adam Segal* <https://www.foreignaffairs.com/authors/adam-segal>*, “*When
China Rules the Web “, *Foreign Affairs*, septembre-octobre 2018.
https://www.foreignaffairs.com/articles/china/2018-08-13/when-china-rules-web

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 19-11-2019

IL ÉTAIT LE DIRECTEUR DE CAMPAGNE DU CANDIDAT TEBBOUNE
Les véritables raisons de la démission de Baali

La démission du directeur de campagne de Abdelmadjid Tebboune a surpris et donné lieu à de nombreuses supputations ces derniers jours. Dans les milieux bien informés, on affirme pourtant que les véritables raisons

2

Sports 11:00 | 19-11-2019

100 joueurs les plus précieux du Monde
Riyad Mahrez à la 80e place

L'attaquant international algérien Riyad Mahrez figure dans une liste des cent joueurs de football les plus précieux du monde, a rapporté, hier le site onzefootball.com, citant le portail web allemand, Transfermarkt, axé